Accéder au contenu principal

Pour une lecture historique des Mille et Une nuits

À lire sur les Clefs du Moyen Orient, le compte-rendu de Florian Besson.





L'auteur propose une analyse historique des contes des Mille et Une Nuits, tels qu'ils sont donnés dans la première édition de l'ouvrage en Egypte en 1835, et tels qu'ils ont été diffusés, par exemple en français, par Jamel Eddine Bencheikh et André Miquel en 2005-2006, dans la "Bibliothèque de la Pléiade". Il s'avère que le recueil a été composé dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle par un cheikh inconnu. Son texte a été depuis considéré comme une sorte de vulgate des Mille et Une Nuits et traduit comme tel dans toutes les langues. La comparaison entre les textes arabes retenus par ce cheikh et certaines versions antérieures de ces mêmes contes montre chez lui un souci constant de recourir à une langue plus classique, de corriger les anciennes versions en vue d'en effacer ce qu'il estimait dangereux (par exemple tout ce qui pourrait ressembler à de la complaisance envers l'amour des garçons), et de proposer une version morale, voire religieuse des contes. Si le recueil rassemble quelques contes antérieurs au XVe siècle, il prend pour point de départ une série de contes plus récents, dont ceux que Galland a fait connaître en Europe à partir de 1704. Ces Nouvelles Mille et Une Nuits, composés au XVe siècle par un auteur syrien, se caractérisent par la reprise, d'un conte à l'autre, de vers ou de situations qui assurent l'unité de l'ensemble. L'analyse des "indices contextuels" des autres contes montre qu'après l'occupation de la Syrie et de l'Égypte par les Ottomans en 1517, la production de contes a cessé pendant environ un demi-siècle. Lorsque l'intégration dans l'Empire ottoman a été plus ou moins acceptée, on a créé des Mille et Une Nuits modernes inspirées des Nouvelles Mille et Une Nuits de l'auteur du XVe siècle, en ayant recours à leurs procédés de "citations" littéraires. Jean-Claude Garcin estime ainsi que 56 % des textes de la version de 1835 appartiennent aux Mille et Une Nuits modernes, et qu'ils furent donc élaborés à l'époque ottomane, aux XVIe et XVIIe siècles.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde