Accéder au contenu principal

Siria e Iraq




Dagli anni settanta numerose organizzazioni irachene (curde, sciite e nazionaliste arabe) erano attive in Siria, dove la loro attività era molto più intensa comparata a quella negli altri paesi vicini, quali l’Iran, di gran lunga superiore all’attività delle organizzazioni dell’opposizione siriana in Iraq. In Siria erano presenti la branca anti Saddām del Ba‘th iracheno, il Partito comunista iracheno, i vari partiti curdi iracheni in particolare il Partito democratico del Kurdistan-Iraq (PDK-Iraq) di Mas‘ūd Bārzānī e l’Unione patriottica del Kurdistan (UPK) di Jalāl Tālabānī, l’organizzazione islamica Da‘wa che non voleva cadere sotto la protezione iraniana. L’integrità territoriale dell’Iraq è tuttavia un punto centrale della strategia della Siria e degli altri stati confinanti quali Turchia e Iran. La frantumazione dell’Iraq sarebbe un pericoloso precedente che rimetterebbe in discussione le attuali frontiere, incoraggerebbe le rivendicazioni autonomistiche del movimento curdo, metterebbe in pericolo la stabilità dei paesi arabi e in particolare della Siria. Damasco considera una minaccia la formazione di un’area indipendente o con una fortissima autonomia da Baghdad sia della regione curda nell’Iraq settentrionale che potrebbe ricadere sotto l’influenza turca, diventando una sorta di protettorato di Ankara, sia di una regione nell’Iraq centrale e meridionale dominato dagli arabi sciiti sotto il controllo di Tehran.
***

Questa comunanza di interessi fa sì che i ministri degli esteri di Siria, Iran e Turchia si incontrino periodicamente per monitorare la situazione regionale e ogni volta ribadiscano nelle comunicazioni ufficiali l’integrità e l’unità dell’Iraq. Nel giugno e luglio 1997 il ministro degli esteri siriano, Farūq al-Shār’, ribadì gli interessi comuni di Siria, Egitto e Arabia Saudita a preservare l’unità dell’Iraq e avanzò timori per l’intervento turco nel Kurdistan iracheno teso a distruggere le basi del Partito dei lavoratori del Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistan, PKK).


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde