Accéder au contenu principal

Roboski mon amour





Cinepotamya est heureux de vous inviter à l'Avant-Première parisienne de


un film documentaire de Bülent Gündüz 
 avec la comédienne Handan Yildirim 

 Image : Gökhan Mezarcı Son : Ipek Kaya 

Samedi 6 juillet 2013 à 17H45 au Théâtre Gymnase Marie Bell 38, Boulevard Bonne Nouvelle 75010 Paris Métro Bonne Nouvelle (ligne 8 et 9) en présence du réalisateur Bülent Gündüz et de la comédienne Handan Yildirim.

 Tarif : 10 euros.

 Synopsis : Le 28 décembre 2011, l'aviation turque bombarde le village de Roboski, commune située dans le Sud-Est de la Turquie, près de la frontière de l'Irak, dans le district d'Uludere, tuant 34 Kurdes dont 19 enfants. Ils sont confondus, selon les autorités turques, avec un groupe de la guérilla du PKK. Pour le gouvernement turc, il s’agit d’une bavure, un prétexte qui n’a jamais convaincu l’opinion publique. D'autant plus qu'aucun reponsable civil ou militaire n’a encore été enjoint à rendre des comptes sur ce bombardement mortel. 
Très touché par ce massacre, le réalisateur se rend à Roboski quelques semaines plus tard pour exprimer ses condoléances et partager la souffrance des familles. Un an après, il retourne au village avec la comédienne Handan Yildirim, pour assister à un rassemblement de commémoration sous le slogan « Que nos cœurs se transforment en pierres si nous l’oublions ». Arrêtés par la police, ils parviennent difficilement à atteindre le village. Ils arriveront néanmoins à temps pour l'évènement. 
Ils ont filmé leur périple, leur rencontre avec les villageois, endeuillés mais aussi très en colère. Par devoir de mémoire mais aussi et surtout pour rompre le silence assourdissant qui entoure ce crime resté jusqu'alors impuni.
Bülent Gündüz est né à Karayazi (Sud-Est de l'Anatolie en Turquie) en 1976. Diplômé de l’Université Kahramanmaras ( Sud-Est de l'Anatolie) comme ingénieur en travaux publics, il s'intéresse très vite au monde des médias et au métier de journaliste en particulier. Devenu reporter pour une radio locale de Bursa (Nord-Ouest de l'Anatolie), sa passion ne le quittera plus. Il étudie le cinéma et le journalisme à Istanbul puis devient, pendant deux ans, journaliste pour la Chaine National 6. 
En 2001, il s'installe à Paris. En 2007, il publie un livre sur les médias turcs (Generallarin Mikrofonlu Erleri Ve Kurtler) et devient journaliste pour un site d'actualités turques "aktuelbakis.com" et pour l’hebdomadaire turc « Yeni Özgür Politika » avec lesquels il collabore encore aujourd'hui. 
En 2010, il sort son premier film en tant que réalisateur et scénariste, EVDALE ZEYNIKE. Un documentaire sur la vie d'un dengbêj, un poète chanteur du XIXème siècle, qui a reçu de nombreux prix internationaux notamment le prix du "Meilleur premier film" et le "Prix du jury" au festival du film indépendant de New York en 2010.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde