Accéder au contenu principal

Kurden People



Samedi 8 juin 2013 à 16 h 00, à l'Institut kurde de Paris, 106 rue Lafayette, Marina Girardi présentera et dédicacera son album  Kurden People, paru aux éditions l'Agrume :

Le destin et les persécutions du peuple kurde, perçus par une jeune femme au regard sensible. Le lecteur embarque avec elle dans son voyage et ses questionnements, et se confronte à l’histoire et à la réalité de ce peuple apatride. Un premier roman graphique personnel et engagé, où le texte et l’image s’entremêlent de manière très libre. Une histoire poignante sur l’immigration clandestine, réalisé par une jeune artiste italienne.
Une jeune Italienne rentre de vacances en Crète. Dans le port de Patras, sous un soleil d’été tor­ride, sa route croise celle de jeunes Kurdes qui fuient les persécutions qu’ils subissent dans leur pays. Sonia devient le témoin de cet exode qui s’achève à Venise. La fascinante cité de ses années d’étudiante est l’une des étapes les plus tragiques de ce voyage clandestin. Pour comprendre leur histoire, Sonia doit faire le trajet inverse et partir au Moyen-Orient, dans cette région qui correspond à l’ancienne Mésopotamie. Son voyage vers les montagnes du Kurdistan est aussi un voyage dans le temps, à travers des siècles de persécutions d’un peuple sans patrie. Premier roman graphique poignant, servi par un style graphique saisissant et radical, Kurden People raconte le destin d’un peuple opprimé, à travers le regard d’une jeune occidentale sensible. Avec force et émotion, le ré­cit mêle la grande histoire et l’aventure singulière de la narratrice. C’est aussi une histoire profondément contem­poraine sur l’immigration clandestine : sur la pauvreté et les persécutions qui poussent des hommes à fuir leur propre terre. 
Kurden People a reçu en 2008 le prix Komikazen du Festival international de bande dessinée réaliste de Ravenne.
Marina Girardi est née en 1979 en Vénétie, et est diplômée des Beaux-Arts de Bologne. En 2008, elle a gagné le prix Komikazen, festival de bande dessinée réaliste de Ravenne, avec son premier ouvrage Kurden People. Ses créations prennent des formes insolites : un laboratoire de bande dessinée sur bicyclette, des petits récits illustrés, des carnets rapportés de lointains voyages… Voir son blog.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde