Accéder au contenu principal

La rage et la lumière : un prêtre dans la révolution syrienne


À paraître le 7 mai 2013.

Installé au monastère de Mar Moussa (80 km de Damas) depuis les années 1980, Paolo Dall’Oglio est un jésuite italien fortement engagé dans le dialogue islamo-chrétien. Il a pris parti pour la révolution syrienne en mars 2011 et ses idéaux de liberté, n’hésitant pas, notamment, à exhorter les pays occidentaux à intervenir. Expulsé de Syrie en juin 2012 par le régime de Bachar Al Assad, il a pu quitter le pays grâce à l’escorte du nonce apostolique… avec un fort sentiment d’impuissance et de colère. C’est en témoin que Paolo Dall’Oglio se situe dans cet ouvrage : un témoin solidaire qui raconte la volonté et les espoirs du peuple syrien en lutte pour sa liberté, le durcissement du combat, le rôle de l’islamisme dans le mouvement révolutionnaire, le positionnement des chrétiens, la détermination des jeunes à vaincre malgré la torture et les assassinats, les silences ou l’impuissance de l’Occident. Une solidarité qui fait tenir, et puis la colère, sourde, violente - au risque du cynisme contre lequel il faut sans cesse lutter - devant cette guerre qui tragiquement ne trouve pas de solutions et conduit la population syrienne au désespoir voire à la haine. 
Un récit fort et tendre, à l’image de son auteur, pour mobiliser les consciences sur le drame syrien et rappeler les nécessaires liens de fraternité au-delà des frontières et des traditions. Un livre qui est aussi, surtout, un hommage à tous ces jeunes Syriens, musulmans et chrétiens, qui ont dépassé leur peur pour se lancer dans la bataille en criant Horriya, Liberté ! 
Paolo Dall’Oglio, né à Rome en 1954, est un prêtre jésuite italien. Dans les années 1980, il a refondé le Monastère syriaque catholique de Mar Moussa el-Habachi (saint Moïse l'Abyssin), situé dans le désert au nord de Damas en Syrie, pour défendre le dialogue islamo-chrétien. Suite à sa dénonciation ouverte des crimes commis par le régime de Bachar el-Assad dans le contexte de la guerre civile syrienne, il est expulsé du pays le 16 juin 2012. Il est l'auteur d'un premier livre, Amoureux de l'Islam, croyant en Jésus, préfacé par Régis Debray (Éditions de l'Atelier, 2009). 
Églantine Gabaix-Hialé est journaliste. Elle a vécu deux ans au monastère de Mar Moussa entre 2004 et 2006 et a déjà collaboré au premier livre de Paolo Dall'Oglio.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…