Accéder au contenu principal

Salim Barakat : La Infància de fang ou L'Enfance de boue


Conversation sur les processus de traduction en catalan et en castillan du livre "Les deux biographies"  de Salim Barakat le 5 mars au Centre de culture contemporaine de Barcelone (détails dans la plaquette).


L’écrivain kurde Salim Barakat est né dans un petit village au milieu d’une région toute plate et poussiéreuse entre l’Euphrate et le Tigre, au nord de la Syrie. Il apprit l’arabe à l’école et est parvenu à le maitriser et à devenir une figure de la littérature en cette langue. Prolifique et en vers et en prose, son oeuvre parle de l’expérience du peuple kurde. 

Dans As-siratan (‘Les deux biographies’) il évoque l’étape de croissance d’une génération marquée par des événements politiques comme l’essai panarabiste de Nasser et le parti Baath. Il y dépeint les conditions de vie d’un groupe humain que l’on a cherché d’effacer de la surface de la terre. 

Les premières traductions sont sorties en France, et dans le cadre d’un projet européen le livre fut publié en suedois et en catalan, avec pour titre celui du premier épisode, ‘Le criquet de fer’. Postérieurement, il est apparu dans sa version espagnole: Dos trayectos. Il a été traduit aussi en l’allemand, dans les dialectes kurdes kurmanji et sorani, en turc et, de façon fragmentaire, en anglais. 

La langue et le style de Salim Barakat font de sa traduction un défi. La traductrice catalane, Margarida Castells, et le traducteur au castillan, Salvador Peña, partageront quelques-uns des aspects de leurs processus de travail, et rapprocheront le public de la version originale et de son auteur. 

Margarida Castells Criballés :  Co-autrice avec Dolors Cinca d’une traduction des Mille et une nuits au catalan ainsi que d’une autre en castillan, elle a mené à bien un dictionnaire arabe-catalan. Elle a traduit, avec Manuel Forcano, le récit de voyage d’Ibn Battuta et, en solitaire, des textes de Mahmud Darwich et Zakarïa Tamer, entre autres. Professeure à l’Universitat de Barcelone, elle s’est consacrée aux traductions latines du Coran et à la codicologie. 

Salvador Peña Martín : Professeur chercheur à l’Universidad de Málaga et collaborateur du programme de formation en traduction de l’arabe à l’Escuela de Traductores de Toledo, il a traduit, pour Ediciones del Oriente y del Mediterráneo, les autobiographies de Raouf Basta, Rachid Daïf et Abdelmajid Benjelloun. Il s’est préoccupé des aspects étiques et legaux de la profession et il a écrit de nombreux articles et livres de traductologie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…