Accéder au contenu principal

Où va la Turquie ?

Deux critiques/comptes-rendus du livre de Marc Pierini :

– Ariane Bonzon : Où va la Turquie ? Bonne question…

– Allan Kaval : Marc Pierini, où va la Turquie, carnets d'un observateur européen…




Présentation de l'éditeur : Ici, la Turquie est tout d'abord appréhendée par le biais de l'anecdote, du quotidien, de l'impression fugitive : les rapports sociaux, la langue, la cuisine, la fierté, le goût du débat. L'auteur prend le parti initial d'absorber tout ce qui se présente, de s'immerger dans le pays où il va vivre cinq années riches en événements. Mais très vite, l'impressionnisme laisse la place à l'analyse économique et politique, pour tenter de comprendre le processus par lequel la Turquie se métamorphose quotidiennement sous l'impulsion, depuis dix ans, du parti religieux-conservateur AKP. L'économie est en effervescence, la modernité se répand à grande allure, l'armée perd son rôle traditionnel de gardienne de la laïcité, le paysage politique traduit un nouvel équilibre entre les deux grandes tendances de la société turque, les laïcs et les conservateurs. Pour autant, le pays va-t-il parvenir collectivement à organiser la coexistence et la tolérance entre ces deux segments de la société ? Va-t-il enfin se doter des outils d'une démocratie moderne ? L'Union européenne, avec laquelle la Turquie négocie sans fin une adhésion qui semble hors de portée, pourra-t-elle continuer d'exercer une influence politique et culturelle dans ce pays qui hésite entre Occident et Orient, à moins qu'il ne souhaite simplement retrouver sa grandeur d'antan ? Telles sont quelques-unes des questions que traite l'auteur, qui tente au passage de dessiner une image plus contemporaine de la Turquie que celle qui prévaut généralement en Occident.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde