Accéder au contenu principal

La Caravane des poésies et des chansons s'en est allée



Le 18 novembre 2012, Shokrollah Baban, poète, écrivain, homme de radio, mythologiste, lexicographe kurde est mort à l’âge de 89 ans après avoir souffert des années de la maladie d’Alzheimer.

Né dans une grande famille princière de Sine (Sanadjadj, prov. du Kurdistan), Shokrollah Baban ne reprend pas l’héritage familiial et d’après son fils a même vendu une partie de ses biens pour étudier à Téhéran en 1952. En 1958, il devient producteur des programmes kurdes à la radio de Téhéran et, plus tard, en 1963, à Radio Kermanshah et pour toute la province d’Azerbaïdjan occidental, avant d’être directeur général de Radio Sanandadj. Mais c’était aussi un auteur et un intellectuel actif de la culture et de la langue kurde, à la fois poète, auteur, dramaturge et traducteur, et ce pendant plus de trente ans. Ses œuvres traitent de musique, de poésie, des formes artistiques et théâtrales, de critique esthétique, de réflexions philosophiques et mystiques.

Selon Kamangar Mohammad, une de ces compagnons de route, du temps où Shokrollah Baban dirigeait Radio Kermanshah, les émissions pouvaient être captées en Amérique du nord et les Kurdes qui y vivaient pouvaient les écouter et entrer en contact avec animateurs et producteurs. Ses émissions étaient innovantes et ses programmes très populaires ont inspiré les autres radios en dehors du Kurdistan.

Ainsi selon le Dr.Amir Sharifi qui a rédigé sa nécrologie pour Kurdistan Post, son émission Karvan helbest wa goranî (La caravane des poésies et des chansons) a servi de modèle à d’autres émissions, telle la Barnameh Gol Hah (Le programme des fleurs), une anthologie poétique et musicale en persan.


Shokrollah Baban était aussi musicologue et s’attacha à faire connaître les chanteurs Hassan Zirek et Khaleghi. Ses anciens auditeurs, de tous âges, se souviennent de l’importance de ses diffusions et combien la voix de Shukrullah était familière et populaire dans les foyers kurdes.
Pour les intellectuels kurdes qui lui succédèrent, ce fut un pionnier pour initier et institutionnaliser la recherche sur les histoires, les traditions littéraires et les lettres kurdes modernes, dans une langue claire et accessible au plus grand nombre.
Shukrullah Baban est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont le Dictionnaire de Baban, «Les Kurdes et le Kurdistan», «Salafin Ayyubi» et «La géographie du Kurdistan», déjà publiés. Deux ouvrages, «Noms et symboles» et «Anthologie poétique» restent inpubliées.
Le Dr. Amir Sharifi cite un des poèmes qui l’a le plus précocement marqué, à l’âge de 12 ans, car c’était la première poésie en vers libres qu’il entendait :
Ô Lune !
Toi et moi avons même douleur
Tous deux saisis d’un froid soupir
Toi pâle et brumeuse dans le ciel
Moi vagabond dans chaque ville
Je te rends hommage
Ô Mecque des cœurs malades
Remède aux peines des cœurs amoureux
C’est la nuit
Et cette nuit vient à mon secours
Je suis seul sans ami ni bien-aimée
Désemparé et tourmenté
Viens à mon secours
Car je suis captif dans l’oppression de Shirine ma bien-aimée
Shokrollah a eu 8 enfants, 5 fils et 3 filles. Fuad et Siamak Baban sont tous deux journalistes présentateurs à Iranian TV, Bakhtiar Baban a été capitaine de l’équipe de basket ball d’Iran.




Sur cette dernière vidéo on entend d'abord la voix de Shokrollah Baban, et puis une chanson de Hesen Zîrek.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde