Accéder au contenu principal

Hisn Kayfâ

Sibylle regardait la ville avec éblouissement. Yahya lui avait déjà dit que c’était la plus belle de Djazîrah, bien plus belle qu’Amide. Elle devait avouer que les sombres et sévères murs de la Noire ne pouvaient rivaliser en grâce et en beauté avec cette citadelle sans remparts, dont la seule puissance et défense venait de la montagne avec qui elle faisait corps, de cette vallée du Tigre qu’elle dominait, du promontoire rocheux qui faisait face à celui sur lequel ils se tenaient. Sous la neige fine, les palais, l’hippodrome, les mosquées et, plus bas, d’autres minarets et les faubourgs, les bazars et le port, tout cela scintillait d’une lueur d’argent, dont la source venait peut-être du ciel, pourtant floconneux, ou bien du fleuve, traversé par cet immense pont qui jetait ses cinq arches d’une rive à l’autre, coupé en son centre par une passerelle de bois, amovible en cas d’attaque. Si la teinte claire des pierres lui rappelait sa Syrie natale, les lignes des bâtiments étaient plus fines, plus élégantes, se découpant sur le roc avec une telle harmonie qu’ils semblaient un prolongement de cette montagne, comme si les deux villes, celle d’en bas et celle d’en haut, à l’image des villages autour, était plus merveille de la nature qu’œuvre des hommes. Elle secoua les minuscules flocons qui lui poudraient le nez et le menton, et se tourna vers le Daylâmî. 
 – Ne t’avais-je pas dit, Shudjâ’, que plus nous avançons vers le soleil, plus le monde est beau ?

La Rose de Djam

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde