Accéder au contenu principal

Amide la Noire



La ville baignait dans une bruine froide, avec un ciel gris et bas qui incitait peu à la promenade. Mais les souks, autour de la mosquée, étaient animés, en ce mois de Jeûne, chacun se pressant pour les victuailles du soir et les cadeaux de réception. Cependant, beaucoup de chrétiens, Arméniens, Syriens ou Grecs se restauraient sans gêne, se pressant dans les échoppes où l’on buvait même du vin au grand jour, et beaucoup de femmes allaient le visage découvert, ce qui changeait d’Alep la prude. Sibylle aurait pu se croire à Antioche. Les Arabes et les Kurdes étaient légèrement vêtus, tout comme eux, malgré le vent vif, alors que les Arméniens portaient déjà de longs manteaux bordés de fourrure. Mais tous soufflaient dans leurs doigts en détaillant les sacs de cardamome et de cannelle, les raisins secs de Herât et les poissons séchés du Khwârizm. Clients et marchands s’interpellaient en quatre langues et concluaient leurs affaires par des gestes plus éloquents que tout idiome. De temps à autre, un étudiant ou un professeur, sortant de l’université toute proche, saluait Shihâb al-Dîn. Un prêtre à longue barbe qui paraissait bien le connaître, l’interpella en arabe :
– Viens donc chez moi, avec tes jeunes amis ! Si tu ne peux manger, au moins, vous serez au chaud !
Mais le soufi, qui craignait peut-être que, sous les yeux perçants du chrétien, le déguisement de Sibylle ne fisse guère illusion, déclina aimablement. 
– Nous allons rentrer. Il fait trop venteux pour marcher et je ne crois pas que ce bon Fakhr al-Dîn, si prudent, aimerait que je te montre à toute la ville, ajouta-t-il à l’adresse de la Franque.

De fait, le médecin attendait leur retour avec inquiétude. 
– Tout s’est bien passé ? demanda-t-il à voix basse au Sohrawardî. On ne vous a pas vus en ville ?
– Si, répondit paisiblement Yahya. Toute la ville a vu le Maître de l’Instant habillé en muletier, comme à son habitude, en compagnie d’un murîd encore plus déguenillé, mais à joli visage, et d’un autre murîd qui disparaissait sous les fourrures de sa pelisse, comme s’il allait pérégriner chez les Bulgares. De quoi faire jaser longtemps !
– Hilh de putà ! Où étiez-vous passée ?
Regard chargé d’éclairs et lippe belliqueuse, le Gascon venait d’entrer dans le salon. 

La Rose de Djam (extrait).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde