Accéder au contenu principal

Projet de constitution du Kurdistan d'Irak (8)




Deuxièmement : Le Conseil des Ministre de la Région du Kurdistan d’Irak 

Article 69:
Le Conseil des ministres de la Région du Kurdistan d’Irak est l’autorité administrative et exécutive de la Région du Kurdistan.
Article 70:
Premièrement
Le Conseil des Ministres se compose du Premier Ministre, d’un  ou de  plusieurs Vice-Premier Ministres, et de ministres. La formation du Conseil des ministres est déterminée par la loi.
Deuxièmement
Un candidat sera chargé de former un gouvernement, conformément aux dispositions du quatorzième alinéa de l'article 65 de la présente Constitution.
Troisièmement
Le Premier ministre désigné doit choisir son ou ses adjoints et les ministres parmi les membres du Parlement du Kurdistan, ou bien il peut choisir d'autres personnes qui remplissent les conditions nécessaires pour être membres du Parlement du Kurdistan.
Quatrièment
Le Premier ministre désigné doit présenter une liste des membres de son gouvernement au président de la Région du Kurdistan pour son approbation.
Cinquièmement
Suite à l'approbation du Président de la Région du Kurdistan, le Premier ministre désigné doit présenter les membres de son gouvernement au Parlement du Kurdistan Kurdistan, afin de demander un vote de confiance pour son gouvernement.
Sixièmement
Les Premiers ministres préside les séances du Cabinet, sauf les sessions auxquelles assiste le Président de la Région.
Article 71:
Avant de prendre leurs fonctions officielles et après avoir obtenu le vote de confiance du Parlement, le Premier ministre et les membres du Conseil des ministres prêtent le serment constitutionnel suivant : "Je jure par Dieu Tout-Puissant de protéger loyalement l'unité du peuple et du territoire du Kurdistan d’Irak, de respecter la Constitution et les lois qui sont en vigueur pour protéger les fonds publics, et de préserver pleinement les intérêts du peuple ".
Article 72:
Une représentation équitable des groupes qui composent le peuple du Kurdistan d’Irak doit être prise en compte dans la formation du Conseil des ministres de la région du Kurdistan.
Article 73:
Le Premier ministre et les ministres sont solidairement responsables devant le Parlement du Kurdistan pour les questions liées au Conseil des ministres. Chaque ministre est en premier lieu, individuellement et directement responsable des activités de son ministère.
Article 74:
Le Conseil des ministres exerce les pouvoirs et les autorités suivants
Premièrement
Appliquer les lois, résolutions, décrets, règlements, protéger la sécurité du Kurdistan d’Irak et ses fonds publics.
Deuxièmement
Les grandes lignes de la politique générale de la région du Kurdistan, en coordination avec le Président de la Région du Kurdistan, et la mise en œuvre de cette politique après son approbation par le Parlement.
Troisèmement
Préparer le projet de budget général pour le Kurdistan.
Quatrièmement
Les projets de lois et les résolutions et leur soumission au Parlement du Kurdistan.
Cinquièmement
Édicter des règlements et des résolutions exécutives et administratives, conformément à la Constitution et la loi.
Sixièmement
Préparer des projets de plans de développement, et mettre en œuvre de tels projets après leur approbation par le Parlement.
Septièmement
Former une administration conjointe avec le gouvernement fédéral pour gérer le pétrole et le gaz extrait avant le 15 août 2005 au Kurdistan d’Irak et leur exploitation commerciale. Les recettes provenant de ces zones doivent être réparties équitablement conformément aux principes énoncés à l'article 112 de la Constitution fédérale et par les lois pétrolières et gazières de la région du Kurdistan. Aux fins de l'application des dispositions du présent paragraphe, l'échelle de production commerciale est définie comme d’au moins cinq mille (5.000) barils par jour pour une période de douze (12) mois.

[Ceci a son importance pour comprendre nombre de conflits présents et à venir entre Bagdad et Erbil, au sujet de l'extraction et de l'exploitation du pétrole kurde]

Huitièmement
Travailler de concert avec le gouvernement fédéral pour formuler les orientations stratégiques nécessaires au développement des ressources pétrolières et gazières. Toutes les questions relatives aux ressources de la Région doivent recevoir l'approbation du Parlement du Kurdistan.
Neuvièmement
Gérer, en conformité avec les lois de la Région du Kurdistan, toute exploration, production, gestion, développement, ventes, marketing et activités d'exportation, ainsi que toutes les autres opérations nécessaires pour le pétrole brut et le gaz naturel, y compris le pétrole et le gaz qui n’a pas été extrait ou qui a été extrait mais exploité commercialent avant le 15 août 2005. Aux fins de l'application des dispositions du présent paragraphe, la production commerciale est définie comme la production d’au moins cinq mille (5.000) barils par jour pour une période de douze (12) mois.
Dixièmement
Exercer les pouvoirs exécutifs relatifs à toutes les questions dans la région du Kurdistan qui ne relèvent pas de la compétence exclusive des autorités fédérales, conformément à Article110 de la Constitution fédérale.
Onzièmement
Exercer les pouvoirs conjoints des autorités fédérales et les autorités du Kurdistan, conformément aux dispositions de la Constitution fédérale.
Douxièmement
Superviser, diriger, suivre, contrôler et coordonner les activités des ministères, des institutions et des services publics au Kurdistan.
Treizièmement
Nommer, promouvoir, licencier ou mettre à la la retraite un employé en conformité avec la loi et d'une manière qui n'est pas incompatible avec les dispositions de la présente Constitution ou de la loi délivrée sur la base de ces dispositions.
Quatorzièmement
Proposer la création de bureaux spéciaux pour les affaires culturelles, sociales et de développement de la Région dans les ambassades et missions diplomatiques, et gérer ces bureaux.
Quinzièmement
Organiser et administrer les Peshmergas (Garde Régionale) afin de protéger la Région, ainsi que la police, les agences de sécurité et autres forces de sécurité intérieure.
Sixièmement
Répète le 15
Article 75:
Premièrement
Dans les situations suivantes, le Conseil des ministres doit être considéré comme démissionnaire, et le cabinet doit être chargé d'agir comme un gouvernement intérimaire jusqu'à ce qu'un nouveau gouvernement soit formé:
  1. Acceptation de la démission du Premier ministre.
  2. Un vote de défiance envers le Premier Ministre par le Parlement du Kurdistan d’Irak.
  3. Début d'un nouveau terme pour le Parlement du Kurdistan.
  4. Début d'un nouveau terme pour le Président de la Région du Kurdistan.
  5. Décès du Premier Ministre.
Deuxièmement:
 Un ministre est considéré comme démissionnaire d'office si le Parlement du Kurdistan en Irak adopte une motion de censure contre lui.

Article 76:
Premièrement
La loi réglemente la mise en accusation et le procès du Premier Ministre, du Vice-premier ministre et des ministres.
Deuxièmement
La loi détermine les salaires, les avantages et privilèges du Premier Ministre, du Vice-Premier ministre et des ministres.

Commentaires

  1. Anonyme5:11 PM

    Ca n'en finit plus! Il te reste combien d'articles encore à traduire et publier :))

    Franchement ça ne ressemble plus à une Constitution mais à un catalogue de règles dans tous les domaines!Il ne manquerait plus qu'elle nous précise les différents éléments de la rémunération des officiels, le nombre de gardes du corps, leurs congés annuels, la marque de leur berline allemande blindée, les horaires d'ouverture et de fermeture des administrations publiques...

    dilo

    RépondreSupprimer
  2. Ça se tire, plus que 2 chapitres, pas trop longs, sur les autorités judiciaires et les "autorités indépendantes et les commissions".

    Oui j'étais morte de rire quand j'ai vu qu'ils avaient à mettre dans la constitution des bouts de la loi sur les hydrocarbures. Ils ont juste oublié de nous donner les jours d'ouverture et de fermeture de la chasse…

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde