Accéder au contenu principal

Deux poèmes préislamiques


Vendredi 2 novembre à 15 h 00 : Deux poèmes préislamiques. Avec Pierre Larcher, pour Le Brigand et l'amant. Deux poèmes préislamiques de Ta'Abbata Sharran et Imru'l Al-Qays, suivi des adaptations de Goethe et d'Armand Robbin et de deux études sur celles-ci (Sindbad). Cultures d'islam, A. Meddeb.


Pierre Larcher rassemble deux célèbres poèmes préislamiques adaptés en allemand par Goethe et en français par Armand Robin, et en propose une traduction poétique et inédite. A la différence du haïku japonais ou des rubâ'yyât d'Omar Khayyâm, le genre poétique de la qasîda, ou ode arabe préislamique a rarement inspiré la poésie occidentale. Pierre Larcher met en rapport deux exceptions, deux poèmes de cette période parmi les plus beaux, adaptés par Goethe et Armand Robin. 
La première exception est un poème de Ta'abbata Sharran, un des deux plus célèbres poètes-brigands de l'Antéislam. Connu très tôt en Occident à travers l'anthologie poétique la Hamâsa d'Abû Tammâm (IXe siècle), il fut plusieurs fois traduit en latin et en allemand, avant d'être adapté par Goethe dans le Divan occidental-oriental. La seconde exception est un célèbre poème d'Imru' al-Qays, la lâmiyya, traduite en français sous l'appellation fautive de "première mu'allaqa" par le poète Armand Robin, d'après l'édition et la traduction en latin du Dîwân d'Imru' al-Qays faites par de Slane, en 1837. 
Pierre Larcher propose une traduction poétique de ces deux poèmes, suivie d'une traduction juxtalinéaire de l'adaptation de Goethe, comparée à l'original arabe, et d'une étude sur la traduction de Robin. La réunion de ces deux poèmes ayant en commun d'avoir été adaptés par des poètes occidentaux se veut une contribution à l'histoire de l'"orientalisme", dont les deux faces - savante et littéraire -, sont étroitement connectées, mais aussi à une meilleure connaissance de la poésie arabe préislamique, ici illustrée par deux de ses grands types, le brigand et l'amant, qui donnent son titre au livre. 
Après avoir longtemps séjourné dans différents pays du monde arabe comme enseignant ou chercheur, Pierre Larcher, docteur ès lettres, est professeur de linguistique arabe à l'université de Provence. Auteur de nombreux travaux de linguistique, il réserve depuis toujours une part de son activité à la traduction littéraire, avec une prédilection particulière pour la poésie arabe préislamique (Les Mu'allaqât. Les Sept poèmes préislamiques, Fata Morgana, 2000 ; Le Guetteur de mirages. Cinq poèmes préislamiques, Sindbad, 2004).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde