Accéder au contenu principal

Sauver le peuple syrien



Sauver le peuple syrien

Déjà 30 000 morts : à partir de combien de victimes, hommes, femmes enfants, les membres du Conseil de Sécurité de l’ONU sortiront-ils de leur attentisme coupable pour dénoncer les responsables de la situation en Syrie et saisir la Cour Pénale Internationale ? 
Il est grand temps que les membres des Nations Unies aient le courage de faire respecter le droit international, qu’ils mettent tout en œuvre pour arrêter les crimes de guerre, crimes contre l’humanité, et que leurs auteurs soient traduits en justice. L’Union européenne et la France doivent s’engager avec davantage de détermination pour y contribuer. 
La Russie et la Chine, qui livrent massivement des armes de destruction et de répression au régime syrien et opposent systématiquement leur véto à toute résolution condamnant le régime de Bachar Al Assad au Conseil de Sécurité de l’ONU alimentent la répression et encouragent l’impunité pour les crimes qu’il commet depuis 18 mois contre son peuple. D’autres pays, en évoquant la « ligne rouge » de l’usage d’armes chimiques, autorisent de fait une ample marge de tolérance pour la poursuite des massacres. 
Cette incapacité de la Communauté internationale à faire respecter le droit international a pour conséquence une militarisation chaque jour plus importante des parties en présence, une radicalisation du conflit et l’augmentation du nombre de victimes ; désormais les forces de Bachar Al Assad bombardent et pilonnent les populations civiles avec aviation et armes lourdes. 
Au delà de l’impérieuse nécessité que l’ONU classe officiellement la Syrie en crise humanitaire, la solidarité avec le peuple syrien en lutte doit s’exprimer par une forte mobilisation des sociétés civiles à travers le monde, afin d’apporter sans délai une aide concrète aux populations syriennes et de mettre les instances représentatives de la Communauté internationale face à leurs responsabilités.


Samedi 20 octobre 2012
Rendez-vous 15 heures Place de la Nation
En cortège jusqu'à la Bastille
Premiers signataires :
- Collectif Urgence Solidarité Syrie
- Coordination de Paris
- ACAT
- Amnesty International
- LDH
- FIDH
- REMDH
- Comité de la Déclaration de Damas
- Collectif du 15 mars pour la Démocratie en Syrie
- Les Jeunes de la Révolution syrienne 2011
- Les Libres Parisiennes
- Union nationale des Etudiants syriens libres en France
- ...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde