Accéder au contenu principal

Mort de 'Afifa Iskandar



La célèbre chanteuse irakienne est morte hier, à Bagdad, à l'âge de 91 ans.

Elle était née à Mossoul d'un père irakien et d'une mère chrétienne de rite grec, elle-même chanteuse et musicienne. C'est à l'âge de 5 ans qu'elle apprend à sa fille à chanter, et à 8 ans, 'Afifa donne son premier concert, à Erbil (dans une boite de nuit). À l'âge de 12 (selon Al Sumaria) ans, elle épouse un musicien irakien arménien, Iskandar Asitivan, bien plus âgé qu'elle, évidemment, dont elle prend le nom. Elle démarre alors vraiment sa carrière en 1935, et en 1938 part s'installer au Caire pour quelques années où elle navigue dans les cercles du cinéma égyptien, alors à son âge d'or, surtout dans les comédies musicales. Elle retourne à Bagdad au début des années 50, où elle tient salon parmi les élites littéraires, artistiques et politiques du pays. On lui prête même une liaison amoureuse avec un Premier Ministre.

Surnommée la 'Oum Kalthoum irakienne, elle avait cessé toute activité en public après le coup d'État du Baath, refusant de chanter pour Saddam Hussein, malgré les offres sonnantes et trébuchantes de ce dernier (sa popularité était sans doute trop grande pour qu'il puisse la menacer physiquement). Elle vécut ainsi 35 ans dans l'ombre sans remonter sur scène. Déjà âgée et malade à la chute du régime, elle est restée à Bagdad, ne chantant plus qu'en privé pour des amis.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde