Accéder au contenu principal

Le kurde banni de Merîwan


Si la Turquie a été longtemps le pays phare en ce qui concerne l'interdiction du kurde,  à présent que le kurde est en passe de pouvoir être appris au collège, c'est l'Iran qui semble vouloir prendre la relève de la paranoïa anti-langues minoritaires. Ainsi, selon le site Rojhelat, le kurde a été interdit à l'université de Merîwan (province du Kurdistan), en même temps que les étudiants ont dû s'engager par écrit à n'avoir aucune activité politique, les deux activités, l'usage du kurde et le militantisme politique étant liés dans l'esprit des autorités. L'enseignement du kurde est donc prohibé, et une série de séminaires et de réunions a été annulée. L'usage oral du kurde dans les cours est aussi banni, sous peine de prison.

Les étudiants ont publié une déclaration de protestation, d'autant que ces cours de kurde semblent avoir été donné par des bénévoles et ne coûtaient rien à l'université. 

Mais le régime iranien est de plus en plus enclin à réprimer sa population non-persane en empêchant même toute manifestation culturelle ou linguistique. Les Kurdes et les Baloutches sont particulièrement visés, mais aussi, et de façon encore plus surprenante, la minorité arabophone en Iran

Si, sous le régime des Pehlevis, on prônait un retour à l'Aryanité anté-islamique, le mot Iran remplaçant celui de Perse, c'est sous la république islamique qui prétend gouverner inspirée au premier chef par deux Arabes, Muhammad et Ali, que l'arabe est une langue persécutée quand il s'agit d'un usage autre que religieux. 

Un autre paradoxe est que la langue persane, la seule autorisée, est tellement infusée de vocabulaire et de grammaire arabes que pour bien comprendre la grammaire persane, il vaut mieux faire au moins deux ans d'arabe. Cette arabisation du persan s'est d'ailleurs accentuée sous le régime des mollahs  qui n'en sont pas encore à traduire le Coran, mais qui sait ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde