Mirella Galletti





Nous venons d'apprendre la mort soudaine de notre amie le Professeur Dr. Mirella Galletti, survenue au début de ce mois. Cette éminente kurdologue, membre active de l’Institut kurde de Paris depuis sa fondation en 1983, est née en 1949 près de Bologne, en Italie. Elle obtint son doctorat en sciences politiques, en 1974, à l’université de Bologne, avec une thèse portant sur  « La structure politique et les valeurs culturelles de la société kurde ».

Dès les années 1970, elle voyagea au Moyen-Orient et surtout au Kurdistan, pour y effectuer ses recherches. Quand éclate la guerre en l’Irak et l’Iran, en 1980, elle se trouve précisément à Téhéran. L’année suivante, elle prend une carte de presse et fut une des premières Européennes à interviewer A. Öcalan, en juin 1988, au Liban, alors qu’en septembre, elle rencontre des réfugiés kurdes irakiens ayant fui l’Anfal.

À partir des années 1990, elle enseigne l’histoire et la civilisation des Kurdes dans les universités de Bologne et de Trieste, tout en continuant d’effectuer de longs séjours au Kurdistan d’Irak et de participer à des colloques universitaires dans différents pays. Dans les années 2000, elle enseigne successivement le droit des communautés islamiques à l'université Ca' Foscari de Venise et l'histoire des peuples transnationaux de l'Asie occidentale à l'université de Milan-Bicocca. Nommée professeur à l’Université de Naples Orientale, elle y enseigne l'histoire du monde arabe et musulman.

Sa bibliographie est très abondante et porte à la fois sur les Kurdes, leur histoire, leur société et leurs traditions, mais aussi sur les minorités chrétiennes du Moyen-Orient et tout particulièrement ceux d’Irak et du Kurdistan. Elle a aussi publié des ouvrages et des études sur l’Irak et la Syrie. « Connaître et faire connaître les conditions de vie et les difficultés du monde arabe et islamique», observer « avec empathie des cultures différentes, sans préjugés » était ce qu’elle répondait quand on l’interrogeait sur ce qu’elle avait voulu accomplir dans son œuvre et sa carrière.

Ses obsèques ont eu lieu le samedi 8 septembre 2012 à 16 h 30, dans la Basilica dei SS. Apostoli, Piazza Santi Apostoli située non loin du domicile de Mirella. L’église était remplie de parents, d’amis, de collègues, de personnalités du monde scientifique, ainsi que des représentants officiels d’Irak et du Kurdistan. Le Dr. Saywan Barzani, ambassadeur d’Irak en Italie, avec qui Mirella avait tissé des liens de travail et d’amitié, était venu accompagné de tout le personnel de l’ambassade. Étaient aussi présents les ambassadeurs d’Irak auprès du Vatican, des Nations Unies et de la Ligue arabe et leurs collègues, ainsi que Monseigneur Haddad, archevêque grec melkite catholique, qui avait bien connu Mirella et qui a été le seul invité à faire un éloge funèbre.

Monseigneur Haddad a rappelé, de façon éloquente, l’importance de l’œuvre de Mirella, qui contribue, a-t-il répété plusieurs fois, à faire mieux connaître les communautés chrétiennes établies au Moyen-Orient depuis des temps immémoriaux, et qui aspirent à continuer de vivre en paix et en harmonie avec leurs voisins musulmans. Il a non seulement insisté sur la vaste érudition de Mirella mais aussi sur sa bonté et sa générosité.

Joyce Blau, émue par la perte d’une amie de plus de trente ans, représentait l’Institut kurde de Paris et apportait les condoléances attristées de son président et du personnel. Parmi la foule qui entourait la famille de Mirella, ses neveux et nièces, signalons la présence et d’amis de longue date : le Dr. Paola Orsatti, professeur de langue et de littérature persanes à l’université « La Sapienza », à Rome, le professeur Angelo Michele Piemontese, de l’Université de Rome, d’Anna Tordenti, son amie d’enfance, des collègues, Claudio Caprotti, professeur de langues anciennes et collaborateur de Mirella, le professeur Gian-Maria Piccinelli, Président de la  Faculté Jean Monnet de la Seconda Universita degli studi di Napoli où enseignait Mirella, de l’arabisante Isabella Camera d’Afflitto de l’Université La Sapienza et  plusieurs dizaines d’autres collègues et amis dont beaucoup venus de loin, tous bouleversés par la disparition subite de cette femme exceptionnelle. 

Mirella Galletti était une grande amie des Kurdes qu’elle aimait tendrement. Elle laisse une œuvre passionnante et très riche, inestimable pour la kurdologie. Sa présence chaleureuse, amicale, toujours enjouée, manquera à tous les collaborateurs et les membres de l’Institut.

Un aperçu de sa bibliographie (sûrement non exhaustive) :



1974 : « Struttura politica e valori culturali nella società curda», Doctoral  thesis under the direction of Professor Antonio Marazzi. Università degli studi, Bologne.

1975 : «L’ultima rivolta curda in Iraq», in : Oriente Moderno LV, 9-10, Rome.

1978 : «Sviluppi del problema curdo negli anni 1975-1978», in : Oriente Moderno, anno LVII, 9-10, Rome.

1978 : «Curd e Kurdistan in opere italiane del XIII-XIX secolo», in: Oriente Moderno, anno LVIII, 11, Rome.

1987 : Kurd û Kurdistan la nusrâwakanî Italî da, la saday sêzdam - nozdam (Kurds and Kurdistan in the 13th-19th century Italian texts), trad. Jasim Tawfiq, Éd. Binkay Hangaw, Stockholm.

1990 : I Curdi nella Storia, Vecchio Faggio Editore, Chieti.

1991 : «I Curdi nella il guerra del Golfo», in : Oriente Moderno nuova serie, anno X, 1-6, Rome.

1991 : « Bollettario 1»   (dir) ; Qadrimestrale di scrittura e critica, Associazione culturale Le Avanguardie, Modène.

1990 : « Sviluppo del problema curdo negli anni ’80 », in : Oriente Moderno, nº1-6, pp. 75-125, Rome ; 7-12.

1993 : «Kurdistan, un mosaico di sei popoli», in : ARES, Rivista di Politiche Internazionali e Conflitti Etnici, 1. Éd. Centro di Ricerche Etnico Politiche Internazionali, Maltignano.

1993 : « Cenni sulla letteratura curda», trad. de Bâzne, in : Almanaco Letterario, Edizioni della Lisca, Milan.

1994 : «Kurdistan : I giochi regionali proseguono : I Curdi in Iran, intervista a Mustafa Hijri», in : Politica Internazionale nº 3, Rome.

1994 : «La politica italiana verso assiri e curdi», in:  Storia Contemporana nº 3, Bologne.

1994 : «Kurdistan : A Mosaic of Peoples», in : Acta Kurdica, the International Journal of Kurdish & Iranian, Erivan.

1994 : « Ahmad Khânî ‘Mem û Zîn’ : L’amore per la patria », in : In Forma di Parole, Rivista Internazionale di letteratura, 3e série, 2e année, 4, Crocetti Editore, Bologne.

1994 : « Kurdistan, polveriera dimenticata : un popolo in cerca di una patria sicura. Minoranze in pericolo : gli assio-caldei. ‘Noi, vasi di coccio tra arabi e curdi ?’» , in :  Mondo e Missione, Milan.

1995 : « Italian Policy Toward Assyrians and Kurds », in : Journal of the Assyrian Academic Society, vol. IX, 2, Santa Barbara.

1995 : «The Woman’s Role in the Kurdish Society according to European Literature», in : Iran-Nameh, 1 (11), Téhéran.

1996 : « Cristiani d’Iraq. Un esodo senza terra promessa », in : Mondo e Missione, Milan.

1996 : « La terra di tutti gli olocausti. ‘Quand Hitler seppe quello che Saddam fece ai curdi pianse ?’ », in : Corriere della Serra, Milan. 2 September 1996.

1996 : «Intervista con Abdullah Hassanzadeh, Segretario Generale del PDK Iran», in : Politica Internazionale, anno XXIV, nuova serie, 3-4, Rome.

1996 : Favole curde, Campomarzo Editrice, San Lazzaro di Savena.

1999 : I Curdi : un popolo transnazionale, EdUP, Rome.

1999 : «Shakir Hasbak : un intellettuale iracheno ponte tra Arab e Curdi», in : Oriente Moderno, XXI, 2-3, Rome.

2002 : Le relazioni tra Italia e Kurdistan, coll. Quaderni di Oriente Moderno, Instituto per l’Oriente, Naples.

2002 : Incontri con la società del Kurdistan, Name, Gênes.

2003 : Cristiani del Kurdistan, Editore Jouvence, Rome.

2005 : « Kirkuk : The Pivot of Balance in Iraq. Past and Present », in : Journal of Academic Assyrian Studies, vol. 19, 2, Santa Barbara.

2007 : « La Bataille de Chalderan dans un tableau du XVIe siècle », in : Studia Iranica t. 36, Paris.

2007 : « I Curdi da vinti a vincitori ? » in : Il Ponte nº 11, Rome.

2007 : « Ufficiale, medici e funzionari in Medici, tra Impero ottoman et Persia », in : Oriente Moderno, Rome.

2008 : Kurdistan. Cucina e tradizioni del popolo curdo, Ananke, Turin.

2008 : « Some Catholic Sources on Jazira (1920-1950) », Kervan - Rivista Internazionale di Studi afroasiatici, Turin.

2009 : « Cuisine and Customs of the Kurds and their Neighbors »,  in: Journal of Assyrian Academic Studies, vol. 23, nº1, Santa Barbara.

2010 : Le Kurdistan et ses chrétiens, Édition du Cerf, Paris.

2010 : Kürt yemek kültürü, Avesta Yayinlari, Istanbul.

2010 : « L’âne dans la société et la culture kurde - passé et present »  in : Revue d’Ethnozootechnie, 87, Levallois-Perret.

2011 : « Correspondance between Eugenio Pacelli, Secretary of State and Angelo Giuseppe Roncalli, Apostolic Delegate to Turkey (1935-1939) » in :  Surdi sull’Oriente Cristiano, Academia Angelica-Costantiniana di Lettere, Aerti e Scienze, Rome.

2011 : Iraq, il Cuore del Mondo, Ambassade d’Irak, à Rome.

2011 : Iraq, the Heart of the World, Ambassade d’Irak , Rome.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs