Accéder au contenu principal

L'Iran à l'heure des révoltes arabes


Vendredi 14 septembre à 14 heures, Salle Victor Hugo,101 rue de l'Université, Paris.

Colloque organisé par l'Institut kurde de Paris. Inscription en ligne, par téléphone ou au siège de l'Institut jusqu'au 12 septembre, à 18 h :

L'Iran à l'heure des révoltes arabes

"Dans un Proche-Orient en ébullition où les révoltes populaires contestent les régimes dictatoriaux en place, le régime iranien semble tenir le cap qu’il s’est fixé, cela malgré de nouvelles sanctions internationales draconiennes. 
Alors que les médias n’évoquent plus l’Iran qu’à propos de son bras de fer sur le dossier nucléaire, les dynamiques de changement à l’œuvre à l’intérieur de la société iranienne l’évolution des relations du régime iranien avec ses voisins, les fractures au sein même de ce régime mériteraient débats et réflexion afin de mieux comprendre ce pays dont le devenir est de la plus haute importance pour la paix et la sécurité de la région. 
En s’éloignant des débats autour de l’enjeu nucléaire, qui occupe souvent la Une de l’actualité en Europe, ce colloque souhaite offrir quelques éléments pour comprendre la situation iranienne depuis le premier mandat d’Ahmedinejad (2005) et à l’heure des printemps arabes et des nouvelles sanctions. 
Comment peut-on cartographier les mouvements politiques et sociaux des populations iraniennes ? 
Qu’en est-on aujourd’hui des luttes féministes au tournant des années 2000 ? 
Qui sont les acteurs du « cyberspace » qui, dans le contexte du contrôle étroit de la presse, est devenu le principal vecteur de nombre de communications et de socialisations parallèles dans les centres urbains ? 
Où en est-on dans les mouvements de contestation des peuples non-persans (Azéris, Kurdes, Arabes, Baloutches, Turkmènes) qui ensemble forment environ 60% de la population iranienne et dont le sort et les aspirations sont souvent ignorés ?
Quel est l’impact de la guerre civile syrienne sur les relations régionales de Téhéran ? La lutte d’influence régionale à laquelle se livrent la Turquie et l’Iran peut-elle dégénérer en conflit ? 
Des experts iraniens et occidentaux sont appelés à porter leur éclairage sur ces questions et sur l’état de la société iranienne en crise. 
Ce colloque exceptionnel est dédié à la mémoire de Dr. Sadegh Charafkandi et à ses collaborateurs assassinés il y a 20 ans à Berlin, en marge du Congrès de l’Internationale Socialiste auquel ils participaient, et à toutes les victimes du terrorisme d’État iranien."

Programme :

13 h 30 : Accueil des participants et du public.

14h00 : Mot de bienvenue et présentation du colloque

 14h10-16h30: 1ère table ronde : La société iranienne aujourd'hui :
Modérateur : Hamit BOZARSLAN, directeur de recherches à l'EHESS, Paris.

Intervenants :


  • M. Hashem AHMADZADEH, professeur associé de Middle East Studies, Université d'Exeter, Grande- Bretagne : « Les défis etniques du système politique iraniens »
  • Yussef AZIZI, ancien professeur à l'Université de Téhéran
  • M. Stéphane DUDOIGNON, chercheur au CRNRS : « Les relations de l'Iran avec ses marches orientales »
  • Marie LADIER, chercheuse au CNRS  : « La situation politique d'Iran depuis la réélection frauduleuse de M. Ahmedinajad en 2009 »
  • M. Gilles RIAUX, chercheur à l'IRSEM : « La reconfiguration des rapports entre le centre et la périphérie sous la République islamique »
  • Nuri YEŞİLYURT, Université d'Ankara, Science Politique : « L'évolution des relations turco-iranniennes »
16 h 30 - 16 h 45 : Pause.

16 h 45 - 18 h 55 : La question des peuples non-persans


Modérateur : Kendal NEZAN, président de l'Institut kurde de Paris

Intervenants :


  • M. Yassine AHWAZI, membre du bureau politique du Parti de Solidarité d'Al Ahwaz 
  • M. Nasser BOLADEI, premier secrétaire du Parti du Peuple baloutche 
  • Boresh DJUMA, Centre culturel turkmène en Allemagne 
  • M. Mostafa HEJRI, secrétaire général du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran 
  • M. Hedayat SOLTANZADEH, membre du Comité Exécutif du Mouvement fédéral démocratique d'Azerbaidjan
18 h 55 : Discours de clôture.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde