Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du septembre, 2012

Les sables de Mésopotamie

Dimanche 30 septembre à 8 h 05 sur France Culture : Les sables de Mésopotamie, avec Fawaz Hussain, écrivain kurde d'expression française, originaire de Syrie. Foi et Tradition. S. de Courtois.

L'affaire Tareq Al-Hashimi : un conflit turco-irakien ou turco-iranien ?

S’ajoutant au contentieux sur l’exportation du gaz kurde et à la visite surprise d’Ahmet Davutoğlu à Kirkouk, la condamnation à mort du vice-président Tareq Al-Hashimi, réfugié en Turquie avec sa famille, est devenue tout autant un conflit international qu’un affrontement interne entre deux factions politiques irakiennes. 
Le 9 septembre, la cour pénale de Bagdad a condamné à mort par contumace Tareq Al-Hashimi, en fuite depuis des mois et accusé d’avoir organisé une attaque terroriste contre le parlement de Bagdad, en causant la mort de la députée Suhad Al-Khafaji et de l’officier de la Sécurité nationale Talib Balasim. Le verdict a déclenché l’indignation de son groupe parlementaire, Al-Iraqiyya, tandis qu’une vague d’attentats faisait 88 morts, sans que l’on puisse établir avec certitude un lien avec cette annonce.
Loin de faire l’unanimité en Irak, cette sentence a suscité les réserves du Gouvernement régional du Kurdistan, dont le porte-parole, a, le 11 septembre, averti des r…

«Les chaînes de fer ne peuvent me lier mais Kirkouk, si»

Une visite inopinée du ministre des Affaires étrangères turc à Kirkouk a suscité la colère de Bagdad le mois dernier. Arrivé le 1er août au Kurdistan d’Irak, à l’occasion d’une rencontre quadripartite avec le GRK, le Conseil des Kurdes de Syrie et le Conseil national syrien, Ahmet Davatoglu a, dès le lendemain 2 août, fait un crochet par la ville de Kirkouk, revendiquée par les Kurdes et toujours, de facto, sous le contrôle du gouvernement central.
Depuis 2005, les Kurdes tentent de faire appliquer l’article 140 de la constitution irakienne qui prévoit un référendum pour que la population de plusieurs districts à majorité kurde hors de la Région choisisse ou non son rattachement au Gouvernement régional kurde. Ils rencontrent pour cela de multiples oppositions : celle, ouverte, de la population arabe sunnite de la ville de Kirkouk, de certains partis turkmènes et le refus, plus ou moins franc, de la part du gouvernement central, de laisser échapper à son autorité directe cette provi…

Intégrale filmée de la conférence du père Paolo Dall'oglio sur les Chrétiens de Syrie

Duhok : les réfugiés au secours de la Banque du sang

C'est presque un conte moral : les quelques 17 000 réfugiés kurdes de Syrie qui s'entassent principalement au camp de Domiz à Duhok, loin d'être un fardeau pour la Région ont eu pour bienfait inattendu de sauver la Banque du sang de la province d'une rupture de stock, le nombre des donneurs ayant drastiquement baissé en raison du Ramadan. Aujourd'hui, environ 150 réfugiés ont fait le trajet de leur camp à l'hôpital pour se proposer en donateurs.
On peut espérer que les tests hépatiques, syphilitiques, sidaïques auxquels tout résident étranger doit se soumettre au bout de 10 jours seront aussi appliqués. Le directeur de la Banque du sang, Majeed Khamo a ainsi indiqué au Kurdish Globe que près de 115 bouteilles de sang avaient déjà été collectés. Un plus grand nombre de donateurs serait prêt à participer si l'on mettait en place un système de transports à leur disposition.

Du Khorassan à Jérusalem, perpétuation, renouveau et vitalité de la chanson kurde

Tout le long du XXe siècle chanter en kurde signifiait souvent chanter en exil ou au prix de maintes difficultés et tracas ce qui n'a jamais empêché la chanson kurde de garder toute sa vitalité et d'épouser, au travers des thèmes politiques, patriotiques, révolutionnaires, tous les aléas de la vie au Kurdistan en plus des traditionnelles chansons d'amour. Depuis le début des années 2000, tant en raison de l'essor d'Internet, des TV satellites qui favorisent les contacts et les échanges entre les Kurdes de toutes parts, et aussi en raison des possibilités nouvelles de spectacles et de prestations diverses dans la Région du Kurdistan, on assiste à, non pas une résurrection de la chanson kurde, car depuis les grandes voix de Radio Erevan ou Radio Bagdad, elle n'a jamais cessé d'être entendue, mais à un regain de prestige et même d'attraction.
Les trois chanteurs qui vont suivre présentent tous trois une originalité, une origine "transversale" ou…

L'avenir du Kurdistan de Syrie se discute toujours à Erbil

Après la prise de possession de la plus grande partie des villes kurdes de Syrie, hormis Qamishlo, la toute neuve coalition des partis kurdes syriens a dû s’organiser et gérer les localités en principe désertées par les autorités syriennes, et aussi s’essayer au difficile exercice du partage de pouvoir entre les différentes composantes de leur mouvement. Le 2 août, le Bureau des relations extérieures du PYD (branche syrienne du PKK) a appelé à la formation pacifique d’une région kurde auto-gérée, qui pourrait servir de « refuge et de base pour tous les révolutionnaires syriens, afin qu’ils libèrent la Syrie » et que « cette instauration démocratique doit être considérée comme une contribution à la construction d’une Syrie unie, démocratique et plurielle » tout en assurant qu’il ne s’agissait pas d’une « menace contre la stabilité régionale et globale » et repoussant d’avance les accusations de «séparatisme».
De son côté, un autre leader des Kurdes syriens, Abdulhakim Bashar, à la têt…

Entretien avec Massoud Barzanî

À signaler, en kiosque et sur leur site, une interview de Massoud Barzanî par L'Essentiel le magazine des relations internationales.

28 millions de $ pour Laliş

En tournée dans le gouvernorat de Duhok. le Premier Ministre du Kurdistan d'Irak, Nêçirvan Barzanî a visité le temple yézidi de Laliş hier, où il a été reçu par Mîr Tehsîn Beg, le prince des yézidis ainsi que par le Conseil spirituel des Yézidis. Là, il a annoncé que 28 millions de dollars US seraient alloués par son gouvernement à la réfection du Temple. 
La rénovation aura lieu en deux étapes : d'abord une "entreprise spécialisée" procédera à la réfection proprement dite, supervisée par un comité de consultants et d'experts ; le coût de cette première phase est estimé à 17 millions de dollars. Puis le Gouvernement Régional du Kurdistan y installera les services et les infrastructures de base, pour un coût de 11 millions de dollars.
Centre religieux et lieu de pèlerinage de tous les Yézidis, abritant les tombes de Şêx Adî, considéré par les Yézidis comme le fondateur de cette religion et de ses successeurs, Laliş accueille de nombreux fidèles venus du monde ent…

Passeport pour les langues : le kurde

Mercredi 26 septembre de 16 h à 18 h : 
– Initiation à la langue kurde (Joyce Blau) – Présentation de l'œuvre de Mehmûd Beyazîdî : Us et coutumes des Kurdes, dont la traduction en français est à paraître prochainement ; lecture à deux voix d'extraits en kurde et en français (Joyce Blau & Sandrine Alexie).
Institut kurde de Paris, 106 rue Lafayette, 75010, Paris.

Les chrétiens de Syrie

Mardi 25 septembre de 19 h 00 à 21 h 00, rencontre et conférence du père Paolo Dall'oglio sur :

Les Chrétiens de Syrie
à la mairie du XXe, Salle des Fêtes, 6 place Gambetta, Paris. Mº Gambetta.
La rencontre est organisée par l'association Souria Houria (voir détails et programme sur leur site),


Le père Paolo y dédicacera son livre Amoureux de l’Islam, croyant en Jésus (Les Editions de l’Atelier).

L'attrait du pétrole kurde et l'ultimatum d'Erbil

Au début du mois d’août, le Kurdistan d’Irak a accepté de redémarrer ses exportations de pétrole vers Bagdad, gelées depuis avril, dans un geste décrit comme une volonté d’apaisement. D’un autre côté, Total (France) et Gazprom (Russie) ont, à leur tour, bravé les mesures de rétorsion brandies par l’Irak et rejoint les rangs de sociétés américaines comme Exxon et Chevron ayant décidé de traiter directement avec les Kurdes. 
 À cette annonce, le gouvernement irakien n’a pas varié dans la teneur de ses menaces et menacé Total de sanctions. Abdul-Mahdy al-Ameedi a ainsi déclaré à la presse qu’ils « travaillaient à l’annulation de la participation de Total dans le contrat de Halfaya », qu’elle exploite avec PetroChina et Petronas, depuis 2012, avec une participation de 18.75%. La société française s’est refusé à tout commentaire.
Pour sa part, Gazprom Neft a annoncé, toujours au début d’août, sa participation à deux blocs dans le Kurdistan irakien : 40% pour celui de Garmiyan et 80% pour…

Parution : Carte du Kurdistan

Eurominority.eu et l'Institut kurde de Paris viennent d'éditer une nouvelle carte du Kurdistan en format poster. Il s'agit d'un travail inédit bilingue kurde-anglais, disponible sur le site de la boutique d'Eurominority.

Ce travail recense les principales villes, massifs montagneux, fleuves et lacs qui constituent le Kurdistan historique. Deux cartes complémentaires permettent de prendre connaissance des provinces kurdes réparties entre les États turcs, syriens, iraniens et irakiens. De même une carte simplifiée des dialectes de la langue kurde font de ce nouveau poster inédit  certainement l'une des cartes les plus synthétiques du Kurdistan historique.

Syrie, au bord du volcan, en direct de la frontière syrienne

Lundi 24 septembre journée spéciale sur France Culture :

Syrie, au bord du volcan, en direct de la frontière syrienne

6 h 30 : Les Matins : Émission spéciale en direct de la frontière syrienne.
11h 50 : Micro-fiction : Du lundi au vendredi à 11 h 50 : Feux croisés de Samar Yazbek et Carnets de Homs de Jonathan Littel : lecture d'extraits de ces deux documents sur la situation en Syrie. 
17 h 00 : Émission spéciale Syrie Les réfugiés syriens : reportage dans les camps de réfugiés de la région de Hatay (Antioche).

La Cuisine de Ziryâb et la cuisine des califes

Dimanche 23 août à  11 h 05 sur France Culture : En direct et en public du musée du Louvre, département des Arts de l'Islam, cour Visconti. Avec Farouk Mardam-Bey pour La Cuisine de Ziryâb (Actes Sud) et Samira Fahim pour La Bague de Kenza ; On va déguster. "Le nom de Ziryâb, le " Merle noir ", parti de son Irak natal vers 820 pour s'installer à Cordoue, évoque d'emblée la grâce et l'élégance, mais aussi le perpétuel renouveau. À ce musicien de génie, on attribue la fondation de l'école andalouse et l'invention du luth à cinq cordes. Mais ce poète, qui connaissait par coeur les paroles et les airs de dix mille chansons, s'intéressa tout autant à la géographie et à l'astronomie. Le gastronome, quant à lui, introduisit en Espagne l'asperge, promut la haute cuisine et réforma les arts de la table. Il créa en outre un véritable institut de beauté où l'on apprenait à se coiffer, se farder, se parfumer et à se vêtir selon les saisons.…

Ekümenopolis ou l'Istanbul sans fin

Vendredi 28 septembre à 18 h : Ekümenopolis ou l'Istanbul sans fin, d'Imre Azem (Turquie, 2011, docu-fiction, VOST) : "Choqué par l'absence de débat public sur la construction d'un 3ème pont sur le Bosphore, Imre Azem se lance dans son premier docu-fiction."  Institut hongrois, 92 rue Bonaparte, 75006, Paris.

De briques et de stucs : L'habitat traditionnel à Erbil

Du 21 au 30 septembre :

L'habitat traditionnel à Erbil,  photographies de Nadia Ramchand Motwani
Vernissage de l'exposition  vendredi 21 septembre  de 17 heures à 19 heures
au siège de l'Institut kurde de Paris, 106 rue Lafayette, 75010, Paris.


Samedi 22 septembre de 16 h à 17 h 30 :  Conférence de Nadia Ramchand Motwani
qui présentera ses recherches de terrain à Erbil, avec de nombreux clichés dans le but de faire découvrir au public les derniers témoignages d'un quartier marqué par les nombreuses communautés qui s'y sont succédées au cours de l'histoire : juifs, chrétiens syriaques et kurdes. 
L'architecture et le décor de briques de terre cuite de ces quartiers traditionnels sont menacés par l'essor économique, ce qui sera présenté durant cette conférence.
Institut kurde de Paris, 106 rue Lafayette, 75010, Paris.

Koma Asak

Au revoir

Jeudi 20 septembre à 22 h 25 sur Orange cinénovo : Au revoir (Bé Omid é Didar), de Mohammad Rasoulof (Iran, 2011).
Dans la situation désespérée de l’Iran d’aujourd’hui, une jeune femme avocate à qui on a retiré sa licence d’exercer, est enceinte de quelques mois. Elle vit seule car son mari journaliste vit dans la clandestinité. Traquée par les autorités, et se sentant étrangère dans son propre pays, elle décide de fuir...

Les Chats persans

Jeudi 20 septembre à 20 h 40 sur Orange Cinénovo : Les chats persans, de Bahman Ghobadi, 2009.


"À leur sortie de prison, une jeune femme et un jeune homme musiciens décident de monter un groupe. Ils parcourent Téhéran à la rencontre d'autres musiciens underground et tentent de les convaincre de quitter l'Iran. N'ayant aucune chance de se produire à Téhéran, ils rêvent de sortir de la clandestinité et de jouer en Europe. Mais que faire sans argent et sans passeport ..."

Un pipe-line kurdo-turc défie l'Irak

L’envenimement des relations entre le gouvernement central de Bagdad et le Gouvernement régional du Kurdistan a augmenté d’un degré, cet été, avec l’annonce d’un accord entre Erbil et Ankara, concernant l’exportation du gaz kurde vers la Turquie, sans l'autorisation de Bagdad.
Le gouvernement central irakien lutte depuis des années contre une gestion autonome des ressources de la Région kurde et sa volonté de signer ses propres accords sans passer par Bagdad. Aussi, l’annonce de la construction d’un pipe-line entre la Turquie et le Kurdistan, qui permettrait à ce dernier de vendre directement son gaz à son voisin du nord est un coup dur porté à la fois au gouvernement de Maliki ainsi qu’à ses relations avec Ankara.
S’exprimant lors du Forum sur le gaz caspien qui se tenait à Istanbul en juillet, Ashti Hawrami, le ministre de l’Énergie du Gouvernement régional du Kurdistan avait laissé entendre que cet accord pouvait prendre effet dans un délai de 18 mois à 2 ans et ce, en se pass…

Parution : Silence et tumulte

"Une journée dans la vie de Fathi Chin, écrivain célèbre interdit de publication par le Guide suprême de son pays (un pays arabe qui pourrait être... la Syrie). Une journée à l’absurdité kafkaïenne, où s’exerce la tyrannie très ordinaire d’un régime dictatorial. Ce jour-là, le pays tout entier célèbre par un interminable défilé les vingt ans de pouvoir de son despote. Il fait une chaleur accablante, téléviseurs et haut-parleurs hurlent à plein volume et une énorme masse de citoyens engloutit la ville. Chassé de son lit par le tintamarre, Fathi sort de chez lui pour rendre visite à sa mère. Mais à peine a-t-il franchi le seuil de son appartement qu’il est déjà dans les ennuis : dérogeant à tous ses principes, il porte assistance à un jeune homme tabassé à mort par des miliciens. Sa carte d’identité lui est retirée et il est sommé de se rendre à au commissariat pour la récupérer. En attendant, c’est à ses risques et périls qu’il circule sans papiers dans les rues. Des rues où la fo…

Bagdad Taxi

Mardi 18 septembre à 20 h 35, sur France 5 Magazine : Bagdad Taxi, documentaire de Frédéric Tonolli (Fr., 2012), suivi d'un débat à 21 h 30, avec Myriam Benraad, pour L'Irak (Le Cavalier bleu).


Le Khâmseh de Nezamî

Lundi 17 septembre à 23 h 35, sur la chaîne Histoire : Miniatures persanes : Le Khâmseh de Nezamî ; Palettes, Alain Jaubert.

"De l'école de Bagdad (14ème siècle) à l'école Qadjar (19ème siècle), la peinture persane est toujours restée d'une étonnante vitalité. Art de cour qui s'appliquait surtout à l'illustration livresque, il a connu ses écoles, ses ateliers royaux, ses secrets techniques, ses grands maîtres. Fabriquants de papier empesé et poli, calligraphes, broyeurs et mélangeurs de couleurs rares (tel le bleu d'outremer lié au lapis lazuli qui provenait des montagnes du Badakhshân, en Afghanistan), miniaturistes, maîtres relieurs, toute une chaîne hiérarchisée participait à l'élaboration des manuscrits précieux. Le film est plus particulièrement centré sur l'une des plus belles pièces conservées au département des manuscrits orientaux de la Bibliothèque nationale de France, un recueil des " Cinq poèmes " (" Khamse ") du gr…

Hüseyin Karabey : No darkness will make us forget

Mirella Galletti

Nous venons d'apprendre la mort soudaine de notre amie le Professeur Dr. Mirella Galletti, survenue au début de ce mois. Cette éminente kurdologue, membre active de l’Institut kurde de Paris depuis sa fondation en 1983, est née en 1949 près de Bologne, en Italie. Elle obtint son doctorat en sciences politiques, en 1974, à l’université de Bologne, avec une thèse portant sur  « La structure politique et les valeurs culturelles de la société kurde ».

Dès les années 1970, elle voyagea au Moyen-Orient et surtout au Kurdistan, pour y effectuer ses recherches. Quand éclate la guerre en l’Irak et l’Iran, en 1980, elle se trouve précisément à Téhéran. L’année suivante, elle prend une carte de presse et fut une des premières Européennes à interviewer A. Öcalan, en juin 1988, au Liban, alors qu’en septembre, elle rencontre des réfugiés kurdes irakiens ayant fui l’Anfal.

À partir des années 1990, elle enseigne l’histoire et la civilisation des Kurdes dans les universités de Bologne et de Triest…