Accéder au contenu principal

Mort de Mohammad Mehdi Zalyeh


Plusieurs organisations pour les droits de l'homme et la démocratie en Iran ont annoncé la mort, le 4 juin dernier, de Mohammad Mehdi Zalyeh, un militant kurde emprisonné depuis 18 ans, dans les prisons d'Ourmiah et de Karaj Gohardasht. Très malade des poumons, il n'avait pas accès aux soins médicaux que son état de santé requérait depuis des années et il n'a été transporté qu'à l'ultime fin à l'hôpital de la prison de Karaj Rajai. En février 2011, des prisonniers de Karaj Gohardasht s'étaient mis en grève de la fin pour protester contre les cellules d'isolement, et Mohammad Zalyeh avait alors été transféré de sa cellule d'isolation pour un quartier de haute sécurité.

Par ailleurs, la grève de la faim d’un autre prisonnier kurde, condamné en 2007 à 10 ans de prison pour « propagande contre la république islamique », Mohammad Sadiq Kabouvand, se poursuit depuis le 16 mai dernier. Plus de 350 militants politiques, syndicalistes et journalistes iraniens ont appelé le Haut Commissariat des droits de l’homme à l’ONU, Napi Pillay, à intervenir en sa faveur. Les signataires de cette pétition insistent sur l’état de santé critique de Mohammad Sadiq Kabouvand, un journaliste et militant pour les droits de l’homme, en grève de la faim depuis que les autorités pénitentiaires lui refusent une permission de sortie pour rendre visite à son jeune fils malade. Il est demandé au Haut Commissaire des droits de l’homme de soutenir Kabouvand dans sa demande de sortie temporaire ainsi que de lui permettre d’avoir accès à une assistance médicale. En mai dernier, déjà, le porte-parole du Département d’État américain avait appelé le gouvernement iranien à relâcher Mohammad Sadiq Kabouvand, ainsi que 90 autres journalistes actuellement emprisonnés en Iran.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde