Accéder au contenu principal

Syrie : Génèse, dynamique et enjeux du mouvement de révolte


Jeudi 10 mai à l'EHESS, Amphithéâtre, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris :


Syrie : Génèse, dynamique et enjeux du mouvement de révolte



Après la Tunisie, l’Égypte et la Lybie, rares étaient ceux qui imaginaient que l’onde de choc des « Printemps arabes » parviendrait jusqu’à la Syrie.Pourtant, depuis le 15 mars 2011, le mouvement de révolte populaire vient bouleverser les catégories analytiques qui prévalaient jusqu’alors, notamment au regard des mécanismes de maintien de l’autoritarisme. 
Dans ce cadre, comment appréhender les causes et les enjeux de cette révolte ? Faut-il y voir les conséquences de transformations plus anciennes des modes de régulation politique ? Qui sont les protestataires et de quelles façons expriment-ils leurs revendications ? De quelles ressources disposent-ils pour mener à bien leur lutte dans un contexte de répression maximale ? Et enfin, comment expliquer la longévité du régime malgré l’ampleur croissante de la révolte ?  Les intervenants réunis autour de cette journée d’étude tenteront d’apporter des éléments de réponse à ces questions.
Programme
8h 45 : Accueil des participants
-  9h : Allocution d’ouverture : Bernard Heyberger  (directeur de l’IISMM)
 9h15-10h15 - Repérages : modes de régulation de l’autoritarisme et  localisation du mouvement de révolte
Président de séance : Ziad Majed, politologue (American University of Paris)
Intervenants :
Hamit Bozarslan, historien , politologue (EHESS, CETOBAC)
Configurations arabes : Syrie et Libye versus Tunisie et Egypte
Laura Ruiz de Elvira, doctorante,  science politique (EHESS) 
La Syrie de Bachar al-Assad: ingénieries politiques et redéfinition du pacte social
Leila Vignalgéographe (Université de Rennes 2)
Anatomie d'une révolution : les espaces de la révolte
     10h15-10h45 -  Discussion
      10h45-11h00  Pause
11h00-12h00 - La révolution au prisme de la question confessionnelle
Président de séance : Bernard Heyberger, historien (EHESS/IISMM/CEIFR)
Stefan Winter, historien (Université du Québec à Montréal)Pour une histoire séculière des alaouites.
     Fabrice Ballanchegéographe, (Lyon 2/GREMMO)
     Les minorités confessionnelles et la crise politique en Syrie
 Thomas Pierret, politologue (Université d’Edinburgh)
  La mouvance islamique sunnite face à la question confessionnelle
12h00-12h30 - Discussion
14h00-15h00 - Nouvelles formes de mobilisations et modalités d’organisation de la révolte
Président de séance : Rania Samara (Paris 3)
Ziad Majed, politologue (American University of Paris)
Les comités locaux de la révolution et la reconstruction du politique
Valentina Napolitano, doctorante en science politique (EHESS)
Les engagements palestiniens dans le sillage de la contestation révolutionnaire syrienne : subjectivités, mobilisations et attentes
Cécile Boëx, politologue, post doctorante à l’EHESS (CEIFR/IISMM)
Usages de la vidéo par les manifestants et les activistes
   15h00-15 h30 Discussion
15h30-16h30 - Engagements artistiques et littéraires
Président de séance : Franck Mermier, anthropologue (CNRS/ILAC)
Rania Samara,  professeur de littérature (Université de Damas/Paris III),
La littérature et les arts à l’aune de la révolution
Samar Yazbek, écrivain,
La littérature comme arme
Anne Marie Mc Manus, doctorante en littérature comparée (Université de Yale), 
Réflexions sur la littérature carcérale en Syrie
   16h30-17h00 - Discussion

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…