Accéder au contenu principal

Sexe et amour, de Sumer à Babylone

(Compassion pour ceux d'Erbil,  qui viennent sur mon blog en cherchant 'sexe kurde' et qui tombent toujours sur ça )

Samedi 5 mai à 20 h 00 sur Fréquence Protestante : L'Orient lascif ? avec Véronique Grandpierre, historienne, auteur de Sexe et amour de Sumer à Babylone (Gallimard). Le Rendez-vous de 20 h 00. A. Vial.




Présentation de l'éditeur 
"Époux, laisse-moi te caresser : Ma caresse amoureuse est plus suave que le miel. Époux, tu as pris avec moi ton plaisir : Dis-le à ma mère, et elle t’offrira des friandises ; À mon père, et il te comblera de cadeaux." Telle est la façon dont la déesse Inanna déclare sa flamme à son amour, ou d’une façon beaucoup plus crue, dans un autre hymne : "Laboure donc moi la vulve, ô homme de mon coeur !" Ces éléments du rituel du mariage sacré, qui se déroule lors de la fête du Nouvel An, ont longtemps entretenu le mythe de la lascivité des peuples de Sumer et Babylone, thème qu’on retrouve jusque dans la peinture orientaliste du XIXe siècle. Cette vision est cependant ruinée par le déchiffrement des écritures cunéiformes. Sur plusieurs millénaires la documentation est éparse et elle renseigne davantage sur la morale, les règles et leurs transgressions que sur les sentiments et les désirs de chacun, c’est-à-dire plus sur le sexe et sa fonction reproductive ou génératrice de plaisir que sur l’amour. La chair est concrète, les sentiments sont, eux, plus difficiles à cerner : il n’y a guère de preuves épigraphiques et encore moins archéologiques de l’engagement d’un être ! Elle permet cependant d’esquisser de grandes lignes de la sphère du privé et de l’intime jusque dans ce plaisir que l’on dit charnel. 
Six thèmes seront ici abordés : la sexualité des dieux porteuse des valeurs de référence que se donnent les individus pour vivre en commun ; la place de chacun des sexes dans la société et le regard que celle-ci porte sur eux ; le cadre légal dans lequel les relations sexuelles s’effectuent le plus souvent c'est-à-dire le mariage qui se doit d’être fécond ; les transgressions à ce cadre bien établi que les amours soient librement consenties ou que le rapport soit forcé ou encore enfreigne règles et tabous ; les lieux soit imaginaires soit réels dans lesquels ces relations, légitimes ou pas, se déroulent; enfin comment séduire et parvenir du plaisir amoureux à l’orgasme ce qui, parfois, ne va pas sans difficultés ! Bref de quelles manières se conçoivent les rapports intimes et amoureux en Mésopotamie, il y a plus de 5000 ans ? 
Biographie de l'auteur 
Agrégée d'histoire, Véronique Grandpierre a enseigné l'histoire et l'archéologie orientales, grecques et romaines à Paris VIII puis à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en- Yvelines. Elle est l'auteur d'une thèse sur la ville de Saduppum (actuel Tell Harmal, près de Bagdad) au XVIIIe siècle av. J.- C. Elle a publié de nombreux d'articles sur la vie quotidienne, la culture urbaine et la religion au Proche-Orient ancien à travers les sources épigraphiques cunéiformes, et aux Editions Gallimard une Histoire de la Mésopotamie. 
Broché: 330 pages Éditeur : Gallimard (1 mars 2012) Collection : Folio Histoire Langue : Français ISBN-10: 2070446182 ISBN-13: 978-2070446186.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde