Accéder au contenu principal

Les mille et une frontières de l'Iran



Les mille et une frontières de l'Iran. Quand les voyages forment la nation 
par Fariba Adelkhah

" L'orientalisme et l’idéologie nationaliste ont laissé dans l’ombre les relations pluriséculaires nouées par l’Iran avec le reste du Moyen- Orient, mais aussi et surtout avec le Caucase, l’Asie centrale, le sous-continent indien et l’Extrême-Orient. Il en est découlé une perception distordue de l’histoire du pays. Depuis une quarantaine d’années, l’exil politique, l’expatriation économique, la généralisation du commerce transfrontalier, les pratiques de pèlerinage, l’engagement internationaliste dans différents conflits de la région ont conféré une importance accrue à l’institution de la frontière. D’autant que l’Iran est devenu un pays d’immigration et de refuge, accueillant sur son sol plusieurs millions d’Afghans et d’Irakiens. En outre, la frontière géographique et politique met en jeu d’autres frontières, entre les genres, entre le public et le privé, entre la légalité et l’illégalité, entre le religieux et le profane. Fariba Adelkhah se livre à une anthropologie des pratiques sociales du voyage en privilégiant l’étude des réseaux financiers et commerciaux transfrontaliers à l’échelle du Grand Khorassan et du golfe Persique, de l’expatriation au Japon, de la diaspora irano-californienne, de l’immigration afghane en Iran, des pèlerinages sur les lieux saints de Syrie et d’Arabie, des rêves de départ et de retour qui habitent le corps social. Au fil d’une observation participante s’étalant sur une dizaine d’années, elle apporte un éclairage neuf sur l’économie politique du néolibéralisme en République islamique, sur la participation sociale des femmes, sur la conscience nationale et religieuse – en bref sur ce qu’être Iranien (et Iranienne) veut dire, au jour le jour, et sur l’ambivalence des appartenances ou des identités."
Les Editions Karthala

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde