Accéder au contenu principal

Des oiseaux qui parlent




Vendredi 4 mai à 15 h 00 : Des oiseaux qui parlent. Avec Manijeh Nouri, iranologue, pour son introduction, sa traduction et ses annotations de Le Langage des oiseaux, de Farîd-ud-Din 'Attar (Cerf). Cultures d'islam, A. Meddeb.


Présentation de l'éditeur 
Le Langage des oiseaux, Manteq ut-Tayr, est l'oeuvre du poète mystique persan Farid ud-Din 'Attâr du XIIIe siècle, un des plus grands soufis, avec Rumi, de la Perse médiévale. La recherche de l'Un-Absolu est illustrée par le voyage des oiseaux partis en quête de Simorgh, leur mystérieux roi. Ils traversent maintes épreuves symbolisées par diverses vallées. En chacun de ces lieux, il leur est demandé de sacrifier un des aspects de leur être avant d'abandonner leur Soi le plus profond. Telle est la condition nécessaire pour atteindre le premier but recherché consciemment. Les oiseaux arrivent au sommet de la montagne Qâf, là où le roi Simorgh les accueille et leur apprend qu'il est leur miroir comme ils sont le sien. C'est alors que commence la quête véritable. 
Cette nouvelle traduction est fondée sur l'édition critique persane établie par le professeur Mohammad Reza Shafi'i Kadkani ; celle-ci résulte d'un travail sur les manuscrits les plus anciens. On y trouve, en notes de bas de page, les différences avec les traductions précédentes en français, anglais, italien, espagnol et allemand. La versification du texte est respectée et le sens se veut proche de celui qui apparaît dans la langue source. 
Biographie de l'auteur 
Manijeh Nouri, d'origine iranienne, est enseignante de langue et de littérature persanes. Elle a traduit des oeuvres de poésie mystique persane, notamment celles de Rumi.

Broché: 505 pages Editeur : Cerf (9 février 2012) Collection : Patrimoines. islam Langue : Français ISBN-10: 2204096369 ISBN-13: 978-2204096362


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde