Accéder au contenu principal

Newroz 2012

Le 21 mars 2012, 20 h 30,  à l'Institut du Monde arabe, Auditorium Rafik Hariri, l’Institut du monde arabe et la Représentation du Gouvernement Régional du Kurdistan Irakien en France s’associent pour fêter Newroz (Nouvel-An kurde).

À cette occasion deux artistes de renommée et de talent - Hani et Çarnewa viendront avec leur troupe faire découvrir au public parisien la richesse et la diversité des traditions musicales kurdes. 


Hani :





La voix de Hani mêle délicatesse et force. Une voix de femme qui puise son inspiration dans les berceuses de sa mère et de sa grand mère. Originaire du Kurdistan iranien, Hani quitte sa ville natale de Sineh pour se perfectionner auprès des grands maîtres au Conservatoire de Téhéran.
Puis, elle s’installe au Kurdistan irakien pour y bénéficier de l’espace de liberté qui y est offert. Elle atteint rapidement une grande popularité qui traverse les frontières grâce aux médias et à la télévision par satellite.


Suleyman Çarnewa :



Né dans une contrée du Kurdistan frontalière avec l’Arménie, Suleyman Çarnewa renouvelle depuis 20 ans la musique kurde qui était en train de disparaître pour lui donnerune nouvelle voie (voix). Dans sa région, au pied du Mont Ararat, où jadis la vie était rythmée autour des transhumances, avant d’être tourmentée par les aléas de l’Histoire et les modes d’une vie dite moderne, Suleyman a appris que les hauts plateaux et les steppes façonnaient les hommes et leurs modes d’expression. Issu d’une lignée de troubadours, il est créateur de passerelles entre le monde d’hier et le monde d’aujourd’hui. Sa musique chante l’amour, la guerre, le « blues » de sa terre natale.


 Entrée libre sur réservation au 01 40 51 38 14 jusqu'au 20 mars 2012


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde