Accéder au contenu principal

Istanbul, photographes et sultans


Dimanche 8 janvier à 8 h 05 sur France Culture : Catherine Pinguet pour Istanbul, photographes et sultans. 1840-1890 (CNRS). Foi et tradition, S. de Courtois.



Présentation de l'éditeur 
1839, Paris. L’invention de la photographie annonce le début d'une révolution artistique et culturelle majeure. Au même instant, à Istanbul, un jeune sultan, Abdülmecid 1er, accède au trône et ouvre une ère de grandes réformes inspirées du modèle européen. L'Empire ottoman amorce sa métamorphose. 
Ce livre conte cette aventure entre Istanbul, cité mythique, les sultans et les photographes. Il nous emmène sur les traces de ces aristocrates romantiques, de ces poètes maudits qui, partis sur la route du « Grand Tour », capturent les premières photographies de l’Empire ottoman, inventent l’Orient et construisent l’image évanescente d’une cité fascinante. Catherine Pinguet retrace l’histoire de la photographie stambouliote depuis l’oeuvre pionnière des voyageurs occidentaux (Nerval, Girault de Prangey) jusqu’à l’âge d’or des grands ateliers (Sebah, Kargopoulo, Abdullah) en passant par les oeuvres stupéfiantes des ingénieurs et artistes européens attachés au Sultan (Robertson, Beato, Caranza). Elle brosse avec sensibilité la fascination des sultans pour l’image et leur l’emprise sur ce nouveau média, tout en restituant fidèlement l’atmosphère de la Constantinople du XIXe siècle, véritable « quartier parisien » sur le Bosphore. 
Illustré par les 130 plus belles photographies des collections de Pierre de Gigord, en partie inédites, cet ouvrage est une invitation au voyage et une réflexion historique sur l’image, les faiseurs d’image et le pouvoir, à un moment clé de l’histoire culturelle occidentale et orientale.

Biographie des auteurs
Catherine Pinguet est chercheuse associée au Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBAC, CNRS - EHESS). Elle est l'auteur d'un essai sur le soufisme populaire, La Folle sagesse (Cerf, 2005, Prix à la création littéraire de l'Académie française), de Chiens d'Istanbul (Bleu-Autour, 2008) et des Alévis, bardes d'Anatolie (Koutoubia, 2009), consacré à une minorité musulmane, à leurs croyances religieuses et à leur poésie. 
Voyageur passionné d'Orient, Pierre De Gigord découvre Istanbul sur la route des Indes, au milieu des années 1960. Fasciné par cette ville, il n'a depuis cessé de collectionner des photographies anciennes (1843-1924), sous forme d'albums, de tirages papiers, de cartes postales, de livres et de magazines illustrés. Aux historiens, conservateurs et autres passionnés, Pierre de Gigord fait volontiers découvrir ses précieux documents sur l'histoire, l'ethnographie, la topographie de l'ancienne capitale ottomane et de ses provinces. Il a laissé à Catherine Pinguet toute liberté pour le choix des photographies qui illustrent Istanbul, photographes et sultans. 
Broché: 237 pages Editeur : CNRS (27 octobre 2011) ISBN-10: 2271072549 ISBN-13: 978-2271072542

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde