Accéder au contenu principal

Siyâh Qalem



Vendredi 23 décembre à 15 h sur France Culture : Siyâh Qalem, peintre des steppes de la fin du XVe siècle. Avec Thierry Zarcone, préfacier de L'Asie des Tartares. Rencontre avec Siyâh Qalem, maître du calame noire, de Sabrina Michaud (Gallimard). Cultures d'Islam, A. Meddeb.

Présentation de l'éditeur 
Pendant quarante ans, Roland et Sabrina Michaud sont allés à la recherche de Siyah Qalem, ce mystérieux et fascinant personnage dont ils ont imaginé le parcours. Leur rêve nous entraîne à travers l’immense Tartarie, depuis le haut plateau anatolien jusqu’au pied de la Grande Muraille de Chine dans la poussière, les sables et les neiges d’une lointaine Asie. Tour à tour, ils chevauchent avec les cavaliers des steppes du Turkestan et de la Mongolie, accompagnant les chameliers Kirghizes des routes de la soie sur le toit du monde, pénètrent dans le bazar couvert de la dernière cité caravanière d’Asie Centrale chez les marchands et artisans du monde des mille et une nuits et suivent les aigliers Kazakhs à la chasse dans les monts Altaï. Plus étonnant, ils partagent l’ivresse mystique des derviches musulmans et Sabrina nous dévoile la vie intime des femmes tartares sous la yourte… 
Siyah Qalem, Maître Mohammad du Calame Noir, appartient géographiquement au monde des steppes asiatiques où l’islam et le soufisme se mêlent au chamanisme et au boudhisme. Son oeuvre manifeste un solide esprit d’indépendance. Son calame noir dessine avec une fausse maladresse des formes spontanées et inoubliables. Les experts les plus inspirés pensent qu’il travaillait dans un des célèbres ateliers de peinture crées par le sultan de l’époque, Yaqub beg (1478-1490), fin mécène qui appartenait à la dynastie turcomane des Aq Qoyunlu (Moutons Blancs). À l’époque, Tabriz, ancienne capitale des Il Khanids de Perse, Mongols islamisés de l’Asie occidentale, disputait à Hérat le titre de capitale artistique de l’Islam, mais en 1514, elle fut conquise et pillée par l’armée ottomane. Parmi les trésors de ses bibliothèques emmenés comme butin de guerre à Istanbul, se trouvaient les oeuvres de Siyah Qalem qui, réunies depuis dans un album dit “du Conquérant”, y demeurent toujours. 
Relié: 150 pages Editeur : Gallimard Loisirs (13 octobre 2011) Collection : HORS SER GA LOI Langue : Français ISBN-10: 2742430989 ISBN-13: 978-2742430987

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde