Accéder au contenu principal

La Syrie : Le régime Al-Assad en sursis

Octobre-Décembre 2011

Présentation 
"La Tunisie et l’Égypte tentent de trouver la voie de la transition démocratique, la Libye découvre la liberté après quarante-deux années de règne de Mouammar Kadhafi… La Syrie vient de vivre un « été de l’autoritarisme ». Les images qui nous parviennent de villes comme Hama ou Homs montrent une répression des plus féroces du régime de Bachar al-Assad contre son peuple. Depuis le 15 mars 2011, début des protestations, au moins 2 600 personnes ont perdu la vie, selon l’ONU. Le président syrien a bien appris la leçon : un dictateur ne doit jamais reconnaître son manque de légitimité, erreur qui avait coûté leur « trône » à Zine el-Abidine ben Ali et à Hosni Moubarak. Au mois de juillet 2011, beaucoup d’analystes pensaient que le ramadan allait signer la fin d’un régime en sursis et de plus en plus isolé. Or, fin septembre, le clan Al-Assad régnait toujours sur Damas. Le dossier de notre numéro revient notamment sur la construction du pouvoir du parti Baas afin de mieux comprendre les enjeux que poserait la fin du régime tant pour les Syriens que pour la région. Les révolutions qui traversent le monde arabe rompent avec une histoire marquée par le colonialisme, l’autoritarisme et le fondamentalisme. Comme le souligne dans le « Regard » Hamit Bozarslan, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), ces révoltes représentent la fin d’un cycle historique : les peuples ont crié leur besoin de démocratie. Les enjeux sont donc considérables : si la guerre, en apparence, est terminée en Libye, la paix n’est pas gagnée et le Conseil national de transition doit unir un immense pays sous le même drapeau tout en gérant d’immenses réserves pétrolières. Le « modèle turc », si souvent évoqué, ne doit pas être une référence et les États aujourd’hui en transition doivent trouver leur propre voie, souligne M. Bozarslan. Moyen-Orient analyse les enjeux économiques de l’après-Kadhafi et se penche sur le Yémen, qui s’enfonce de plus en plus dans la guerre civile. Cette rentrée est également marquée par une actualité de première importance pour le Proche-Orient : la demande de reconnaissance d’un État palestinien aux Nations unies. Israël – avec le soutien des États-Unis – considère qu’il s’agit d’une provocation et qu’une telle décision ne fera pas avancer le processus de paix. Bien au contraire. Au-delà du débat politique, une question pragmatique s’impose : si la Palestine était un État, quelle serait la réalité de ce dernier ? Ce « gruyère » que sont les Territoires palestiniens est-il gouvernable ? Sur le terrain, les colons sont de plus en plus nombreux, notamment à Hébron. Dans notre rubrique « Géopolitique », un récit à la première personne montre cette réalité. Autre débat des plus animés : les femmes en Arabie saoudite. Obligées à porter un long vêtement noir les couvrant de la tête aux pieds, elles n’ont même pas le droit de conduire ou de se promener seules. Dans un entretien, Amélie Le Renard explique les aspirations sociales et politiques des Saoudiennes. Enfin, nos pages « Histoire » reviennent sur un fait méconnu et oublié : Madrid, capitale du royaume d’Espagne, n’a pas du tout été fondée par les Rois catholiques, mais par… les Arabes au IXe siècle !"

Sommaire :
REGARD de Hamit Bozarslan sur les conséquences du « printemps arabe » au Moyen-Orient 
DOSSIER SYRIE La Syrie, déterminant majeur pour les révolutions arabes par Hélène Michou et Barah Mikaïl 
Le retournement de l’espace syrien par Fabrice Balanche 
Bachar al-Assad, le « lionceau de Damas » par Fabrice Balanche 
Les Frères musulmans syriens dans la révolution et dans la Syrie post-Bachar al-Assad par Ignace Leverrier 
Repères minorités : Les relations entre les chrétiens et le régime Al-Assad par Tigrane Yégavian 
La dangereuse alliance avec l’Iran, une question de survie par Agustín Galli 
Les leçons de la crise syrienne par Rim Khouni Messaoud 
GÉOPOLITIQUE  
Maroc : le « printemps arabe » de la monarchie par Baudouin Dupret et Jean-Noël Ferrié 
Hébron sous occupation israélienne par Ghislain Poissonnier 
Yémen : une révolution qui n’en finit pas par Marine Poirier 
GÉOÉCONOMIE  
Libye : les enjeux économiques de la « guerre pour la démocratie » par Moncef Djaziri

SOCIÉTÉ  
Les revendications des femmes en Arabie saoudite Entretien avec Amélie Le Renard

HIER  
La Madrid arabe : un héritage oublié par Gema Martín Muñoz

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde