Accéder au contenu principal

Dengbêj Seyidxanê Boyaxçî




Le dengbêj Seyidxanê Boyaxçî (de son nom 'officiel' Seydo Şimşek) est né en 1938 au village de Deşsta Gewra Lexeriyê (région de Dixan). Très jeune orphelin de père, il fut élevé par son oncle paternel et n'alla pas à l'école. Il commenca de pratiquer le chant et la récitation à l'âge de 15 ans, et à se produire dans les fêtes et les noces, tout en étant berger et en travaillant aux champs jusqu'à l'âge de 20 ans. Il en partit alors pour la ville de Diyarbakir. Là, durant 25 années, il fut cireur de chaussures (boyaxçî) d'où son surnom, et aussi éboueur municipal, jusqu'en 1980. Cette année-là, la mairie voulut un éboueur à plein temps et il prit alors sa retraite, dans cette même ville, où de nombreuses cassettes circulent de ses chants.

(source : Antologiya Dengbêjan, Diyarbakir, 2007).


Un autre film a été tourné sur le Boyaxçî, que je vous invite à voir sur ce blog confrère. Il y raconte lui-même sa vie de façon plus complète (sous-titrage en anglais).

Commentaires

  1. Destxweş Sandrine, ku tu herdemkê van vîdyoyên xweş ji me re diwşînê. Ji bo eger kesek ji vir derbas bû û dixwaze agahiyên berfeh li ser Seyidxanê Boyaxçi binase: http://zinarala.wordpress.com/2010/11/16/belgefilma-bilbile-amede-vidyo/

    Silav û maç ji Ciudad Real

    RépondreSupprimer
  2. Zor spas, ez girêdan diweşînim, vîdeo xweş e.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde