Accéder au contenu principal

Rencontres Averroès : Hommage à Louis Massignon


Aubagne : Lundi 14 novembre à 19 h, aux Pénitents noirs.


Découvrir Louis Massignon : Un homme et des dieux 

"Une rencontre-débat sur la vie et l’oeuvre de cet islamologue qui a consacré sa vie à la réconciliation des peuples et des cultures ne pouvait être qu’oecuménique. Avec notamment un lecture de ses textes par le comédien Michael Lonsdale. 
Celui qui est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands orientalistes du XXe siècle n’a pas toujours fait l’unanimité. Ce personnage pour le moins entier a constamment cherché l’adéquation entre sa vie et son oeuvre. Louis Massignon est ainsi passé de l’athéisme à la foi inconditionnelle, mais il n’a jamais cessé de prôner la coexistence entre les religions. Le 3 mai 1908, alors qu’il a 25 ans, il est foudroyé par une expérience spirituelle déterminante. C’est désormais un chrétien mystique, vivant « l’extase de l’abandon », qui va étudier l’islam. Son ami de longue date le philosophe Jacques Maritain parle d’un homme chez qui « la science la plus érudite, la plus approfondie » s’alliait à « une dévorante soif mystique de justice et d’absolu ». Elu au Collège de France en 1926, Louis Massignon n’en continue pas moins de voyager. Il multiplie les pèlerinages et chaque déplacement engage tout son être. « Il ne suffit pas de chercher à connaître, il faut arriver à comprendre, écrira-t-il dans ses mémoires. On comprend l’Autre en se substituant mentalement à l’Autre, en reflétant en soi la structure mentale, le système de pensée de l’Autre ». 
Louis Massignon a également longuement exploré le mythe des Sept Dormants. « Frappé de l’importance et de la multiplicité des lieux saints dédiés en islam aux VII Dormants, j’ai travaillé à faire ranimer leur culte pour une réconciliation sacralisée entre Chrétienté et Islam ». On a dit à sa disparition, il y a tout juste cinquante ans, qu’il fut « le plus grand musulman parmi les chrétiens et le plus grand chrétien parmi les musulmans ». 
Thierry Fabre, concepteur des Rencontres d’Averroès, Manoël Pénicaud, auteur de l’exposition La Méditerranée des Sept dormants et Henry Quinson, moine et conseiller pour le film Des Hommes et des dieux, nous feront donc découvrir cet esprit déroutant capable d’allier la rigueur scientifique avec une soif inextinguible de spiritualité. Quant à Michael Lonsdale, il lira des textes de celui qui ne fut pas seulement un grand islamologue, mais aussi un écrivain à la langue d'une rare beauté. L’acteur éblouissant dans le film de Xavier Beauvois Des Hommes et des dieux, n’est certainement pas insensible au message d’unité délivré par Louis Massignon. Et nous aurons d’ailleurs l’occasion de constater les nombreuses analogies entre l’histoire des moines de Tibhirine et la légende des Sept Dormants.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde