Accéder au contenu principal

Rencontre d'Averroès : Entre l’Europe et l’Islam : histoires de conquêtes ou passé commun ?


Rencontres d'Averroès : Tables rondes, Marseille.

Vendredi 18 novembre de 15h à 17h, auditorium du Parc Chanot.

Entre l’Europe et l’Islam : histoires de conquêtes ou passé commun ?
"La naissance de l’Islam, au VIIe siècle, et son expansion, notamment sur les rives de la Méditerranée, ont suscité de vives réactions de la part d’une Europe chrétienne volontiers divisée. Conquêtes et reconquêtes… Flux et reflux, croisades en Terre Sainte et sac de Constantinople, conquise en 1453 par les ottomans, qui forment un nouvel empire, alors que Grenade, dernière cité héritière d’al andalus, tombe en 1492, prélude à l’expulsion des juifs puis des morisques d’Espagne, en 1609… La guerre de course n’a quant à elle pas cessé en Méditerranée, jusqu’au XVIIIe siècle. Elle prend fin avec la suprématie militaire européenne qui devient manifeste à travers la conquête coloniale au XIXe siècle et le démembrement de l’empire ottoman, alors qualifié « d’homme malade de l’Europe »… Ce temps long de l’histoire, entre l’Europe et l’Islam, peut être scandé par des histoires de batailles et de conquêtes, d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Mais par-delà les confrontations d’empires et les affrontements au nom d’une suprématie religieuse, musulmane ou chrétienne, que s’est-il véritablement passé entre « gens d’Europe » et « gens d’Islam » ? Les confrontations politiques et militaires ont-elles fait naître des formes de syncrétismes ? Quels échanges et quelles circulations entre sociétés et marchands, entre savoirs et techniques, entre langues et cultures ? Si des terrains d’entente ont existé, ont-ils été ponctuels ou durables ? Peut-on parler d’un passé commun entre l’Europe et l’Islam ? À moins que les mémoires de conquêtes soient devenues prépondérantes, à travers les figures, du « croisé » d’un côté et du « djihadiste » de l’autre ? Ces catégories politico-religieuses de lecture de l’histoire, qui instaurent un récit où prédomine une guerre sans fin, sont-elles obsolètes ou toujours d’actualité ? Comment interpréter en fin de compte, sur le temps long de l’histoire, les relations entre l’Europe et l’Islam ?"  [Thierry Fabre]

Les intervenants : Animée par Emmanuel Laurentin [France Culture] avec Hichem Djaït, professeur émérite à l’Université de Tunis, historien, islamologue et penseur tunisien ; Gabriel Martinez Gros, historien, spécialiste de l’histoire politique et culturelle d'al-Andalus ; Amr Mahmoud el-Shobaki, directeur de l’Unité d’Études Arabe-européenne au Centre d’Études Politiques et Stratégiques d’Al-Ahram [Caire, Egypte] ; Géraud Poumarède, maître de conférences en histoire moderne à l'Université Paris Sorbonne-Paris IV, agrégé d'histoire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde