Accéder au contenu principal

Le troubadour d'Azerbaïdjan



Samedi 12 novembre à 19 h 55 sur ARTE : Le troubadour d'Azerbaïdjan, Thorsten Niemann, All., 2011, 43 mn, Géo 360º.


"Les hauts plateaux verdoyants du Petit Caucase. Dès sa plus tendre enfance, Nemet Gasimli, aujourd'hui âgé de 40 ans, a su ce qu'il voulait devenir. Alors qu'autour de lui, les jeunes gens se vouaient aux travaux des champs ou à l'apiculture, Nemet a opté pour la poésie et la musique ! L'enfant du pays est ce que l'on appelle un " aschug " - un barde nomade qui parcourt sa terre natale et chante ses beautés lors de mariages et fêtes de villages. 360° - GEO a suivi Nemet et son élève Elvin à la découverte d'un pays aux multiples facettes entre Orient et Occident. 
La république d'Azerbaïdjan est située entre la mer Caspienne et le Caucase. Depuis la désagrégation de l'Union soviétique en 1991, ce territoire de la taille de l'Autriche est un Etat souverain. Et même si l'Azerbaïdjan est un petit pays, le barde Nemet Gasimli et son élève Elvin sont amenés à traverser plusieurs zones climatiques durant leurs périples. Avec leur petite auto, ils visitent la région voisine de l'Arménie avec ses imposantes chaînes de montagnes, la ville de Lenkoran au bord de la mer Caspienne, et tout au sud du pays, la petite localité de Süljäkaran, où, pour une raison inexplicable, la longévité de la population est exceptionnelle. Leur musique les amène à se produire dans des mariages, à donner des lectures poétiques en province ou à participer à un enseignement à Bakou, la capitale. En Azerbaïdjan, l'aschug exerce un métier ancestral qui jouit encore d'une grande réputation. Il y a bien longtemps, les aschugs étaient des messagers qui parcouraient l'Orient et entretenaient leur auditoire avec des épopées ou des histoires d'amour. Aujourd'hui encore, rien que par ses vers, un aschug digne de ce nom sait émouvoir son public. Un art qui suppose beaucoup de connaissances et une importante pratique musical. Chaque aschug passe plusieurs années d'apprentissage auprès d'un maître. Il doit connaître les principales épopées de son pays et être à même de les restituer avec éloquence. Même si les voyages sur le dos d'un âne maigrichon font depuis longtemps partie du passé, même si les nouvelles ne sont plus transmises par des courriers à cheval, beaucoup d'enfants et d'adolescents rêvent encore d'embrasser cette profession. Durant leurs équipées, Nemet Gasimli et son élève Elvin font revivre les traditions et savourent une liberté inhérente à leur condition d'artiste. Car ces deux-là semblent aimer la vie plus que tout au monde. Rien d'étonnant à cela, car " aschug " signifie aussi " celui qui aime "."

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde