Accéder au contenu principal

Questions de mémoires, questions de frontière





Samedi 29 octobre à 13 h 30 sur LCM : Les Mardi du MUCEM, Questions de mémoires, questions de frontières : Arménie et Turquie.

La saison 2 des Mardi du MUCEM, Comprendre les civilisations entre Méditerranée et Europe, porte sur le thème "Questions de mémoires, questions de frontières", avec trois débats autour de trois conflits historiques : Arménie et Turquie, Israël et Palestine, France et Algérie. 

Le 11 octobre, Michel Marian, maître de conférences à Science Po-Paris, membre du comité de rédaction de la revue Esprit et auteur, avec Ahmet Insel, de « Dialogue sur le tabou Arménien » ( Liana Levi, 2009), débattait avec Cengiz Aktar, directeur du centre pour l'Union Européenne à l'Université Bahcesehir d'Istanbul, membre de la Fondation Hrantet et auteur de « L'appel au pardon » (CNRS éditions) paru en 2010. 



Présentation de l'éditeur 
Le dialogue entre Arméniens et turcs serait-il devenu possible ? Ces ennemis d'un siècle pourraient-ils enfin aborder le sujet tabou, celui du génocide arménien de 1915 ? Michel Marian et Ahmet Insel ont relevé le défi. Aucun aspect de la question n'a été esquivé : les intentions d'hier et d'aujourd'hui, les faits, et surtout le problème de leur reconnaissance. Parfois, l'échange est difficile, les sensibilités sont à fleur de peau, mais il est toujours franc et courageux. À travers leurs parcours, familial et personnel, les deux hommes évoquent les moments clés de l'histoire de leurs peuples, à l'extrémité orientale de l'Europe. Pour comprendre l'un des grands drames du xxe siècle et pourquoi il occupe toujours l'actualité, ce livre constitue un événement politique, une première. 
Biographie des auteurs : Ahmet Insel, né à Istanbul, est issu d'une famille turque, musulmane et kémaliste. Il a étudié et enseigné à Paris I. Depuis 2007, il dirige le département d'économie à l'université Galatasaray à Istanbul. Auteur de nombreux livres sur la Turquie, il est un des responsables de la maison d'édition progressiste turque Iletisim. Michel Marian, né à Paris, est issu d'une famille arménienne et chrétienne. Agrégé de philosophie, il enseigne à Sciences Po Paris. Une partie de sa famille a été tuée durant le génocide de 1915. Il a publié de nombreux articles sur les questions arméniennes dans la revue Esprit et le magazine Nouvelles d'Arménie. Ariane Bonzon, journaliste et essayiste française, a animé ce dialogue. Elle fut la correspondante d'Arte en Turquie de 1996 à 2006, après avoir été en poste en Israël et en Afrique du Sud. 
Broché: 168 pages Editeur : Liana Levi (2 septembre 2009) Collection : ESSAIS Langue : Français ISBN-10: 2867465222 ISBN-13: 978-2867465222



Présentation de l'éditeur 
"Ma conscience ne peut accepter que l'on reste indifférent à la Grande Catastrophe que les Arméniens ottomans ont subie en 1915, et qu'on la nie. Je rejette cette injustice et, pour ma part, je partage les sentiments et les peines de mes soeurs et frères arméniens et je leur demande pardon." 
Istanbul, 15 décembre 2008 Broché: 77 pages Editeur : CNRS (18 février 2010) Collection : Documents pour la Méditerranée Langue : Français ISBN-10: 2271068487 ISBN-13: 978-2271068484

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde