Accéder au contenu principal

"Non au G20 du silence"

Dans le cadre de la violation massive des droits humains en Syrie, un collectif d'associations, syndicats et partis politiques vous invitent à participer à la manifestation « Syrie : les massacres continuent » le samedi 15 octobre 2011 à 14 h 30, de la place République à la Bastille, Paris.
Sept mois se sont écoulés depuis que les manifestations populaires appelant à des réformes politiques ont gagné toute la Syrie. Ces rassemblements ont été largement pacifiques, ce qui n’a pas empêché les autorités syriennes de chercher à les étouffer de la manière la plus brutale. Amnesty International a recensé les noms de plus de 2 200 personnes qui seraient mortes dans le cadre des manifestations qui ont débuté mi-mars. Des milliers d’autres personnes ont été arrêtées et nombre d’entre elles sont détenues au secret dans des lieux tenus secrets, où les tortures et les mauvais traitements seraient monnaie courante. Notre dernière synthèse révèle que la répression des autorités syriennes contre la dissidence ne se limite pas au territoire syrien : des manifestants pacifiques syriens vivant dans d’autres régions du globe sont systématiquement surveillés et harcelés par des représentants des ambassades syriennes et d'autres personnes agissant semble-t-il pour le compte du régime syrien.
Cette mobilisation est organisée par Le Collectif Urgence Solidarité Syrie avec le soutien d'associations (AIF, LDH, FIDH, ACAT, MRAP), de partis politiques (PC, PG, PS, EE les Verts), et d’un grand nombre de syndicats et associations de syriens (Comité de la déclaration de Damas, Collectif du 15 mars pour la démocratie en Syrie, Souria Houria, Les jeunes de la révolution syrienne2011, Mouvement pacifique syrien, Pour une Syrie libre; Mouvement de Solidarité avec le Peuple Syrien, Coordination des Kurdes Syrie en France, Parti Yekitî, Kurdî-Hebûn, Association des amis de Samir Kassir, Rassemblement pour la démocratie au Liban)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde