Accéder au contenu principal

"Arménie, Arménie" … à Avignon et Valence



Arménie, Arménie, rencontre avec 20 auteurs :
Le Centre national du livre invite plus de vingt écrivains arméniens, d’Arménie et du monde entier, à rencontrer le public français. Cet événement, « Arménie-Arménies », itinérant et pluridisciplinaire, débutera à Marseille les 16 et 17 octobre et fera ensuite escale à Avignon, Valence, Lyon puis Paris. 


Mardi 18 octobre - Avignon 

 12 h Rocher des Doms :

Hommage à Jean Alten - Althounian (1712-1774).

Hovhannès Althounian quitte son Arménie natale en 1742 pour Marseille, puis Avignon. C’est à cet agronome que l’on doit la réintroduction de la culture de la garance dans le Comtat Venaissin, à l’origine d’une industrie fructueuse. Les Avignonnais en remerciement lui firent ériger une statue de bronze, en 1847, au sommet du Rocher des Doms. Fondue pendant la dernière guerre, la statue a pu être réinstallée en 1988 grâce à une souscription nationale de la communauté arménienne. 

14 h | 15 h Palais des Papes- Chambre du Trésorier :

Écrire l’arménité

de l’Union soviétique à l’indépendance l’arménité, diffractée dans le regard des écrivains, n’est pas seulement une identité diasporique, c’est l’énigme d’une survivance qui a résisté à toutes les tentatives d’annihilation et d’oppression – à commencer par celle du communisme soviétique.
Avec Henrik Edoyan, Vahagn Grigorian, Varujan Vosganian. Modérateur : Alexis Lacroix.

Mardi 18 octobre - Valence 
18 h Square Charles-Aznavour :

Hommage à Toros, sculpteur "Lignes de Femme" : 

une exposition du sculpteur arménien installé dans la Drôme dont les œuvres de métal, de pierre ou de terre, distillent harmonie et beauté, élégance et poésie. 
Visite de l’exposition en présence de l’artiste.




19 h | 20 h 30 Maison des sociétés 1 rue Saint-Jean :

L’Exil et la Parole :

considéré depuis les diasporas, le passé traumatique arménien du XXè siècle apparaît comme une incitation inlassable à témoigner. Tandis qu’aux Etats-Unis, l’écrivain Peter Balakian revisite sans concession la relation complexe de son pays avec la mémoire arménienne, en Arménie, Violet Grigoryan a su imposer dans sa poésie une voix directe et crue, quand, en Argentine, l’essayiste et poète Ana Arzoumanian centre ses recherches sur la façon dont la diaspora arménienne s’empare de l’Histoire. 
Avec Ana Arzoumanian, Peter Balakian, Violet Grigoryan. Modérateur : Alexis Lacroix


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde