Accéder au contenu principal

Vladimir Vissotsky : Zodiaque



Au-dessus de nos têtes, ni gouffre, ni noir
Mais le livre du Bien et du Mal.
Le zodiaque nocturne, nous le couvons du regard,
Ce tango éternel des étoiles.

On contemple, la tête rejetée en arrière,
Le silence, le secret, l'éternité.
Les routes des destins, notre vie éphémère,
Sont tracées là, en invisibles repères
Qui peuvent nous garder, nous protéger.

Nectar brûlant aux frimas de février,
Tel le saint chrême, douce infusion,
Le Verseau épanche sa belle eau étoilée
Dans le Capricorne au gosier sans fond.

Le flot céleste est sinueux, fulgurant,
Aux couleurs de mercure et de sang.
Mais des fers aux brumes de mars s'évadant,
Ver leur frai nagent les Poissons puissants
Remontant les lactés affluents.

Le Sagittaire a dardé tous ses traits,
En décembre, il est dolent, chagriné.
Dès lors, le Taureau, sans crainte, peut folâtrer
Dans les clairs pâturages de mai.

Du fond de son mois d'août, le Lion affamé
Lorgne le Bélier d'avril de façon bien suspecte.
En juin, ouvrant aux Gémeaux leurs bras légers,
De leur constellation, les jeunes Vierges ont fait
de la Balance, une escarpolette.

Les ténèbres sont percées de rais de lumière.
Comme le fil d'Ariane, ils sont concrets.
Le cruel Scorpion, le mystérieux Cancer
Sont éloignés de nous, neutralisés.

De son zodiaque, l'homme ne s'en plaint mais
Au décri, les étoiles seraient-elles sensibles ?
Ces constellations, au ciel il les a arrachées,
En un métal noble, il les a enchâssées
Et le mystère devint accessible.

Ballades, Vladimir Vissotsky, trad. Michel et Robert Bedin.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde