Accéder au contenu principal

Kawîs Axa




Kawîs Axa (1889-1936), s'appelait, à sa naissance, Weys, fils de Cemîlê Kanebî de la tribu des Herkî. Il naquit dans les montagnes de Çarçel (Hakkarî) où son père était berger et passa son enfance entre les plaines d'hivernage (deşt) de Mossoul et les alpages (zozan). Orphelin de père à 10 ans, il quitta, avec sa mère, Şêxan, pour vivre avec les Herkî du Soran. Sa mère mourut tôt également et il se retrouva lui-même berger pour le compte d'Ehmed Xanî des Herkî. Vers 1915, âgé de 26 ans, il quitta l'état de berger pour devenir dengbêj, allant alors à Rawanduz, auprès de Hecî Newrozê Bawêl Axayî (ou Hecî Newroz Efendî), qui aimait fort les chants. Kawîs fut aussi le dengbêj du mîwanxane de Nûrî Bawîl Axa de Rawanduz qui appréciait sa voix. Mais en 1916, Rawenduz fut conquis et occupé par les troupes russes qui brûlèrent la ville et dont les habitants durent s'enfuir. Kawîs suivit  la famille de Newroz Bawêl Axa qui partit à Shaqlawa. Bawiel Axa fut nommé administrateur de Shaqlawa par le pouvoir ottoman.

À Shaqlawa, Kawîs Axa se lia d'amitié avec Silêman Bayiz Beg et se maria enfin avec Emîna, la fille de Mehmûd Şerîfî qui lui donna 4 enfants : Ehmed, Mihemed, Ebdilla et Cemîl. Après le départ des Russes de Rawendoz, il ne suivit pas les princes et résida à Shaqlawa ou à Silêmanî, puis Hewlêr (Erbil), où sa renommée de chanteur lui permit de se produire non plus seulement dans les mîwanxane et dîwanxane (salons d'invités, et de réception publique) des princes et autres aghas, mais aussi dans les çayxane (salon de thé) où il chantait ses lawik et heyran (épopées et chants d'amour).

Dans les années 30, il enregistra ses chansons à Bagdad, et fit des tournées dans tout le Kurdistan, qui put connaître aussi son répertoire et sa voix grâce aux disques. Il mourut en 1936, à l'âge de 47 ans, mais sa femme lui survécut jusqu'en 1982. 


Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde