Accéder au contenu principal

'ce qu'il y a de plus mystérieux, ce n'est pas la nuit profonde, c'est le grand jour à midi'

"On dit par exemple que ce qu'il y a de plus mystérieux, ce n'est pas la nuit profonde, c'est le grand jour à midi, le moment où toutes les choses sont étalées dans leur évidence, où se dénude le fait même de l'existence des choses. Le fait qu'elles sont là est plus mystérieux que la nuit, qui éveille des pensées de secret. Un secret se découvre, mais un mystère se révèle et il est impossible de le découvrir."
Vladimir Jankélévitch, Penser la Mort.

Intéressante mise au point de Jankélévitch, qui réfute toute analogie entre secret et mystère, à contre-courant de l'opinion commune qui les assemble : 'faire des mystères, garder le secret ; ne pas tout dévoiler, tout révéler, laisser le mystère sur les choses, les émois, les faits'. Rien n'est plus mystérieux, au sens d'énigmatique, que l'être, l'existant, l'évidence de ce qui est au grand jour. Classique énigme : pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? et ce qui est étonne et rend coi, plus que ce qui n'est pas. Paradoxe piquant à l'heure où il est d'une bonne tenue morale de dénoncer la transparence, le dévoilement, la révélation, le coming out général, au silence, au secret, à la pudeur, en imaginant que le mystère ne survit dans les seconds… 

Le Zahir masquerait le Batin ? Pour Sohrawardî, au contraire, ce n'est pas la vérité qui est cachée, la vérité est apparente, ce sont les yeux qui se ferment, ou se détournent devant le mystère (impuissance ou mauvaise volonté ? déficience de la pupille ou dérobade pleutre ?)  La banalisation des visages et des corps nus serait prévenue par les voiles de la pudeur ? Pour Levinas, c'est au contraire le visage de l'autre, révélé devant moi, qui est le plus grand mystère, la plus grande injonction à tout stopper, devant l'évidence énigmatique de la nudité : "Il y a dans l'apparition du visage un commandement, comme si un maître me parlait" (Éthique et Infini). Quant au voile que l'on voudrait apposer sur l'être,




– Eh quoi! n'est-ce donc que cela?
La toile était levée et j'attendais encore.

C. Baudelaire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde