Ellsworth Huntington : Les Montagnards de l'Euphrate (10)


"Après sept jours passés en descendant l'Euphrate, nous séjournâmes au château pittoresque de Gerger,sur un pic au-dessus des contreforts qui donnent sur les grandes plaines de Mésopotamie. Là, nous restâmes quelques jours dans un village occupé en partie par des Kurdes en partie par des Arméniens.
Un jour, je sortis pour copier une inscription grecque datant de l'époque du Christ. Une vingtaine de Kurdes au teint basané, vêtus d'une culotte de coton blanc, d'une chemise blanche et de gilets gaiement brodés, me suivaient. Alors que je copiais l'inscription grecque, ils s'appuyèrent sur leurs longs fusils et parlèrent à voix basse, et finalement, semblèrent prendre une décision. Après quoi, ils partirent tous tranquillement. Puis j'entendis coup de feu sur coup de feu, venant apparemment de la porte du château.
Quand je sortis, l'élégante inscription arabe sur la porte paraissait avoir été fraîchement écornée et défigurée. De toute évidence, les Kurdes avaient tiré dessus. De retour au village, les serviteurs expliquèrent la chose telle qu'ils l'avaient entendue des Kurdes eux-mêmes. Les Kurdes, à ce qu'il semble, croient que toutes les inscriptions indiquent où l'or est enterré. En regardant cet étranger copier l'inscription grecque, ils se dirent entre eux : "Nous ne pouvons plus l'arrêter maintenant ; il a copié celle-ci et va trouver l'or. Allons dehors et abîmons l'inscription sur la porte, ainsi il ne pourra pas du moins trouver cet or-là."

National Geographic,  février 1909.

Légende : Un Kurde traversant l'Euphrate sur une peau gonflée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs