Accéder au contenu principal

Ellsworth Huntington : Les Montagnards de l'Euphrate (7)


"Les coutumes, le mode de vie, les croyances des Turcs et des Arméniens sont assez bien connus, mais pour les Kurdes, cela a été, en comparaison, très peu étudié. Quelques exemples vous donneront une idée de certaines caractéristiques kurdes, parmi les plus dignes d'être mentionnées. Au printemps 1901, l'auteur, en compagnie du professeur Thomas H. Norton, consul des États-Unis à Harpout, a pu faire un voyage de deux cent miles, descendant l'Euphrate en franchissant la grande série de canyons avec laquelle le fleuve traverse les monts du Taurus. Ce périple n'avait été accompli qu'une seule fois auparavant, par le grand général allemand von Moltke, en 1838.
Le radeau était fait de peaux de moutons entièrement écorchés et gonflées d'air. Trente de ces peaux, semblables à de grandes vessies, avaient été liées sous une armature de poteaux et faisaient un fabuleux radeau flottant. Les rapides abondaient et nos draveurs arméniens craignaient de s'y engager. Par conséquent, nous nous livrâmes d'abord à d'ardus portages autour des rapides, les uns après les autres, grimpant haut sur les parois abruptes du canyon et descendant le long des pistes rocailleuses.
Au fur et à mesure, le canyon devint si étroit qu'il fut impossible d'escalader ses parois et nous fûmes obligés de naviguer sur les rapides, bien plus larges que ceux autour desquels nous avions péniblement grimpés. Nous fûmes régulièrement trempés par de hautes vagues venant se briser sur nous, au bas de nappes d'eau lisses et pentues, sur lesquelles le radeau semblait descendre comme sur un toboggan. Une fois, un des des hommes fut jeté à l'eau par une vague, mais fut rattrapé par ses compagnons, qui le saisirent par le pan de sa robe avant qu'il ne disparaisse. Une fois, le radeau cogna contre des rochers au milieu d'un rapide tumultueux, mais par chance il ne se disloqua pas et nous traversâmes sains et saufs."
National Geographic, février 1909.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde