Accéder au contenu principal

Ellsworth Huntington : Les Montagnards de l'Euphrate (5)


"En de nombreuses places, Turcs, Kurdes et Arméniens révèrent les mêmes lieux saints – des endroits qui ont été probablement sanctifiés dès les jours lointains où les païens combattaient les Assyriens ou s'opposaient à la marche de Xénophon. L'un des ces lieux les plus remarquables est situé dans la montagne de Mushar Dag, au creux d'un méandre fortement coudé de l'Euphrate qui entoure les monts de Harpout non loin de Malatya.
Près du fleuve se dresse un grand rocher, façonné par une antique race du nom de Khaldes, dans un château dont les principales caractéristiques sont ses innombrables terrasses, marches, citerne et tunnels sculptés dans le calcaire massif. Quatre cent pieds au-dessus de la face brune et nue de la montagne, une grossière plate-forme de boue et de pierres passe pour être la tombe d'une sainte fille arménienne qui prenait soin d'une église en ruines s'élevant deux mille pieds plus haut, tout au sommet de la montagne. À côté de la tombe, un buisson épineux décharné, est paré d'une multitude de chiffons flottants, de toutes les teintes.
Alors que l'auteur s'était arrêté devant lui, son guide arménien souleva la robe de coton qui lui tombait à mi-chevilles et déchira du bas de son vêtement une bande de tissu. Puis il la noua au buisson. "C'est pour quoi faire ?" demandai-je. "Êtes-vous malade ?" "Non, fut la réponse. Je ne suis pas malade, mais je pourrais avoir une douleur un jour, et cela la chassera." Il poursuivit, en expliquant que la tombe était très sacrée, et que la sainte fille avait un grand pouvoir pour guérir les maux. De toute évidence, les Kurdes du village voisin ont la même opinion, car ils nouent aussi des chiffons à ce buisson, et leurs chefs y sont portés pour y être inhumés, tandis que le commun du peuple doit se contenter d'une dernière demeure au bas de la rivière."
National Geographic, Février 2009.

Légende de la photo :

Les escaliers, terrasses et tunnels sur ce rocher et les falaises fortifiées de l'autre côté du fleuve ont été taillés par les Khaldes, l'une des plus vieilles races de ces montagnards qui combattirent les Assyriens. Ces fortifications peuvent avoir été construites pour les défendre contre des ennemis venant par la rivière en bas, probablement sur des radeaux de peaux tels qu'ils sont représentés sur les monuments assyriens et qui sont encore utilisés.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde