Accéder au contenu principal

Ellsworth Huntington : Les Montagnards de l'Euphrate (4)

Pour une fois, au sujet des Alévis, on nous épargne les habituelles rumeurs sur le orgies nocturnes, sacrifices de chiens noirs etc., pour insister au contraire sur le caractère hétéroclite des croyances locales, et surtout mentionner une cérémonie intéressante, évidemment issue du christianisme ; un récit sans doute fiable car le déroulé de ce rite n'est pas de ceux qui semblent 'inventés', n'étant ni sulfureux ni spectaculaire : il colle simplement en tout point à l'eucharistie, hormis le remplacement du pain par de la viande, qui  en rajoute d'ailleurs, dans le sens littéral 'ceci est ma chair', etc.



"L'amalgame des croyances religieuses chez les habitants les plus isolés de la région du haut Euphrate est quelque chose de singulier. Dersim, la région à laquelle nous nous référons, situé entre les deux principaux affluents de l'Euphrate, est majoritairement habité par des Kurdes kizilbash, qui ne sont ni bons mahométans, ni bons chrétiens, ni bons païens. Nominalement, ils appartiennent à la secte Shi'a des mahométans, qui sont tenus en grande aversion par les sunnites orthodoxes que sont les Turcs. En pratique, les Kizilbash sont très cosmopolites dans leurs observances religieuses. Quand ils se trouvent loin de chez eux, ils se joignent aisément aux prières faites dans une mosquée shiite ou sunnite. S'ils se trouvent dans un village arménien où il n'y a pas de Turcs, ils participent à l'office chrétien, s'agenouillant et s'inclinant avec cette confession. Chez eux, on dit qu'ils ne prient pas, sauf quand ils sont dirigés par un de leur seyyid, ou saints hommes, supposés être descendants de Mahomet. À vrai dire, comme le reste des Kizilbash, ils descendant probablement, du moins en partie, d'Arméniens dont la conversion au mahométanisme ne relevait pas vraiment de la conviction.
L'une des coutumes les plus curieuses chez les Kizilbash est un ancien rite apparemment d'origine chrétienne. Aucun Européen n'y a assisté, mais selon des Arméniens dignes de foi, les hommes kizilbash se rassemblent dans les mosquées le jour des fêtes solennelles, et s'avancent un par un devant le bâtiment sacré – sur les genoux, disent certains. Quand un homme arrive devant un seyyid, celui-ci prend un morceau de viande, le trempe dans le vin, et le met dans la bouche de l'homme. Une telle cérémonie ne peut être guère autre chose qu'un vestige du christianisme."

Légende de la photo :

Une partie de la ville de Harpout : elle s'étend autour d'un château-fort, à 1500 - 2000 pieds au-dessus des plaines vastes et fertiles, en cuvette, de l'Arménie. Le grand édifice sans toit sur la droite est une église arménienne, brûlée par les Kurdes durant les massacres de 1905.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde