Accéder au contenu principal

Les Petits-Enfants : Salih

En 1994, avant de venir ici, nous nous étions installés à Diyarbakir. On a trouvé sur notre terrain une petite grotte, et en y creusant, des ossements qui en étaient ressortis. Il y avait de tout petits crânes et de tout petits os ; il était évident que ces squelettes avaient appartenus à des corps d'enfants. Mais cette grotte n'était pas une exception dans le village : on trouvait des squelettes partout où l'on creusait. D'ailleurs, la dernière fois que j'ai parlé avec ma grand-mère, elle a confirmé ce témoignage. Elle m'a raconté qu'autour du lac proche du villages, il y avait plusieurs puits où l'on avait jeté des cadavres d'Arméniens démembrés. Ce n'était pas la première fois que j'entendais parler de ces choses. Il ne fait aucun doute que l'on y trouverait sûrement des restes.
(…)
Il y a eu, je crois, une "rébellion arménienne" à Van en 1915, mais je ne sais pas exactement de quoi il s'agit. Il est bien possible, en effet, que les Arméniens aient essayé de riposter, et que quelques musulmans soient alors tombés. Mais, concernant cette région, je sais surtout qu'à Diyarbakir, les Arméniens n'ont jamais tiré un seul coup de feu. J'ai interrogé les anciens de mon village : "Où emmenaient-ils les Arméniens ?" ai-je demandé. "En déportation", m'ont-ils dit ; j'ai insisté : "C'est-à-dire ?" et puis, ils m'ont dit : "En fait, il n'y a pas eu de déportation. Ils ont d'abord rassemblé les hommes, puis les femmes et les enfants. Ils ont emmené les hommes loin du village, derrière la montagne, et ils les ont tous exterminés. Puis, ils ont fait la même chose avec les femmes et les enfants." Comme je vous l'ai déjà dit, il suffit de creuser quelques centimètres dans les terres aux alentours de notre village pour trouver un amas d'ossements.
Personne n'a le droit de remettre en question ces faits. Lorsque j'ai interrogé ces anciens, je leur ai aussi demandé : "Mais qui a massacré les Arméniens ?" Ils ont fini par me répondre : "C'est nous, nos grands-pères les ont exterminés." Car à l'époque, on disait que tuer sept Arméniens garantissait l'entrée au paradis… Ces hommes avaient alors suivi les paroles prêchées par quelques imams, qui ne savaient pas de quoi ils parlaient. Ils n'avaient pas conscience de ce qu'ils faisaient. Aujourd'hui encore, j'aimerais savoir combien de ces paysans savent lire et écrire et quelle conscience ils ont développée…
Mais, ces "grands-pères" étaient aussi intéressés par les biens des Arméniens. Les Arméniens avaient la réputation "d'être riches, d'avoir de l'argent et de l'or". D'ailleurs, les gens continuent encore aujourd'hui à chercher "l'or des Arméniens"… Ah, mon Dieu ! Quel malheur ! De nos jours encore, dans l'esprit de ces gens, "Arménien signifie or" ; cela me peine profondément, vraiment. Ces mots me transpercent le cœur.


Les petits-enfants, Ayşe Gül, Fetiye Çetin.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde