Accéder au contenu principal

Les Petits-Enfants : Deniz

"Quand je dis aux gens que notre famille vient de l'est de la Turquie, ils nous demandent souvent : "Êtes-vous kurdes ?" Mon père, étant un homme d'esprit, a l'habitude de répondre : "Je suis comme Mevlânâ, il y a en moi un fragment de toutes les espèces." Nous n'avons jamais parlé kurde à la maison, nous ne savons pas le parler. Mais, qui sait, peut-être avons-nous aussi des origines kurdes ? Cependant, comme vous l'aurez compris, nous ne nous sommes jamais mélangés aux Kurdes dans notre enfance. Même si, depuis, ma famille est devenue  plus tolérante, et a même voté à gauche, j'ai longtemps été habituée à cette séparation. C'était un penchant bien ancré. Et c'est sûrement pour cela que je n'ai jamais cherché à savoir si nous avions ou non des origines kurdes… Au contraire, cela était même prétexte à la plaisanterie ; par exemple, je taquinais souvent ma mère en lui disant "Tu es une Arabe", alors qu'elle est blonde aux yeux verts, et je répétais : "C'est sûr, tu as des origines arabes." Tous ces propos ne se sont jamais voulu offensants, mais ils n'ont pas non plus aidé à éveiller une curiosité envers la communauté kurde.
(…)
Ah ! L'histoire de chacun vaut son pesant d'or… Bref, lorsque je me suis mariée, les événements avec le PKK étaient à la une de tous les journaux et sur toutes les chaînes télévisées. Se voulant turc pure souche, originaire de la région de la mer Noire, mon mari soutenait l'armée dans ses opérations contre le PKK. Puis, un jour, je lui ai dit : "Mais pour qui te prends-tu ? Avant, il y avait bien des Grecs sur les bords de la mer Noire. Peut-être même que tu as des ancêtres grecs ; espères-tu cacher tes origines en t'en prenant aux Kurdes ?" Il est resté coi. Des années plus tard, après notre divorce, il s'est remarié avec une Kurde et a appelé leur fille Berfin, un prénom kurde interdit en Turquie. (Elle rit).
Ces questions d'identité sont mises au premier plan de nos jours : ceux qui se revendiquent comme "Turcs pure souche" dénigrent et rejettent tous ceux qui ne le seraient pas… Il y a vraiment un malaise.



Broché: 250 pages
Editeur : Actes Sud (11 mai 2011)
Langue : Français
ISBN-10: 274279610X
ISBN-13: 978-2742796106

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde