Accéder au contenu principal

La Société romaine : Vie de Trimalcion

Mais d'où sort-il, ce petit esclave qui devait aller si loin ? Transporté d'Asie à Rome, il est mis en vente au marché, une pancarte autour du cou (20,3). Comment est-il tombé en esclavage, et quels souvenirs a-t-il gardé de ses parents, de sa patrie ? Dans le récit qu'il fait de sa vie, il n'en dit rien et ne semble pas s'y intéresser. La transplantation doit être pour beaucoup dans cette perte de mémoire. Il y a là quelque chose de très vrai, qui a été souvent observé, au siècle dernier, chez les Noirs transportés en Amérique ; déracinée du présent, l'Afrique devenait rapidement pour eux un souvenir mort ; la destruction de leur passé faisait d'eux des atomes sans personnalité sociale, prêt à une nouvelle existence.
Paul Veyne, La Société romaine, 1, Vie de Trimalcion.

Se penchant sur le fameux affranchi richissime du roman de Pétrone, Le Satyricon, Paul Veyne met en lumière la finesse psychologique de l'auteur, concernant la façon dont Trimalcion se représente lui-même, et se montre à ses pairs. Ce passage sur l'amnésie des origines est à relier, singulièrement, avec ces enfants arméniens ou syriaques, rescapés du génocide, élevés par des familles musulmanes, épousant tout à fait la condition de jeunes esclaves antiques, en devenant, presque ou totalement, des enfants de la maison (souvent aussi pueri delicati chez les Romains, mais ce genre de pratique devait aussi exister, quoique de façon moins avouée, dans le secret des alcôves ou des tentes). 

En tout cas, cette remarque : la destruction de leur passé faisait d'eux des atomes sans personnalité sociale, prêt à une nouvelle existence, peut expliquer aussi le silence sur les origines, ou cette absence d'intérêt, difficile à comprendre pour leurs descendants, et aussi, ce qui a été souvent relevé dans Les Petits-Enfants, ce zèle pieux de musulmans convertis, totalement refondus dans le moule des familles d'accueil.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde