le troisième œil

Quand un homme qui aime sincèrement Dieu entre dans une taverne, la taverne devient sa salle de prières, mais quand l'ivrogne entre dans la même salle, elle devient sa taverne. Dans tout ce que nous faisons, c'est notre cœur qui fait la différence, pas les apparences. Les soufis ne jugent pas les autres à leur aspect ou en fonction de ce qu'ils sont. Quand un soufi regarde quelqu'un, il ferme ses deux yeux et ouvre le troisième – l'œil qui voit le royaume intérieur.

"Les 40 règles de la religion de l'amour" de Shams ed-Din Tabrizi.
in Soufi, mon amour, Elif Shafak.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs