Accéder au contenu principal

Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle


Présentation de l'éditeur
Ce récit de voyage est certainement l'un des plus curieux jamais publiés en langue arabe. Non seulement en raison des informations de première main qu'on y trouve sur la faune et la flore de l'Amérique hispanisée, ou sur le comportement des autorités militaires et religieuses espagnoles, ruais surtout parce qu'on ne cesse de se demander en le lisant comment l'auteur, un ecclésiastique irakien appartenant à la très modeste communauté catholique chaldéenne, a pu obtenir de la reine d'Espagne toutes les facilités nécessaires pour sillonner l'immense contrée qu'il nous décrit. Il faut dire qu'en plus de son grand zèle catholique, cet admirateur de l'oeuvre de la Sainte Inquisition était polyglotte, très habile et doté d'un tempérament aventureux. Parti de Bagdad en 1668, Mawsilî va passer sept années en Europe entre Rome, Paris et Madrid, et ce n'est que le 12 février 1675 qu'il s'embarque pour l'Amérique. Dar Venezuela au Mexique en passant par le Pérou, le Guatemala, la Colombie, le Chili et la Bolivie, il observe la nature et les hommes, intervient en médiateur, défend avec intransigeance la Vraie Foi, et il lui arrive de célébrer la messe - bien entendit en syriaque ! Si ses descriptions du crocodile et du lama ou de tel arbre inconnu au Proche-Orient, ou encore des moeurs et coutumes des Indiens, sont assez laconiques, il est en revanche fasciné par les mines d'or et d'argent, et ne manque, jamais une occasion de louer les Espagnols pour avoir christianisé tous ces pays aux inépuisables ressources. Sa mémoire semble infaillible, à quelques exceptions près, quand il s'agit des itinéraires et des noms des lieux, et sa curiosité naturelle le pousse à s'informer sur des pays qu'il n'a pas eu la chance de visiter, comme le Brésil et l'Argentine. Il est même tenté, avant de rentrer en Espagne, en 1683, d'aller explorer une autre conquête espagnole, très lointaine, les Philippines...
Biographie de l'auteur
Nous ne connaissons presque rien de la vie d'Elias al-Mawsilî en dehors de ce qu'il a lui-même consigné dans son récit de voyage. Né probablement à Mossoul vers 1630 et mort à Rome après 1692, il appartenait à une famille chaldéenne dont plusieurs membres ont été des patriarches de l'Eglise nestorienne. Catholique fervent, il s'est rendu plus d'une fois à Rome, où il a noué des relations étroites avec les plus hautes autorités du Vatican et côtoyé plusieurs juges de l'Inquisition. Son voyage en Amérique lui a valu d'importantes distinctions honorifiques de la part du pape et de la reine d'Espagne, et il a été nommé à la tête de la communauté catholique de Bagdad.

Broché: 132 pages
Editeur : Sindbad (2 février 2011)
Collection : La bibliotheque arabe
Langue : Français
ISBN-10: 9782742795208
ISBN-13: 978-2742795208
ASIN: 2742795200


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde