Accéder au contenu principal

8ème Festival du cinéma turc de Paris

Organisée par L’ACORT - Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie en collaboration avec le Cinéma Odyssée et TÜRSAV, le Festival du cinéma turc de Paris témoigne de l’extraordinaire vitalité de cette nouvelle génération de réalisateurs en proposant un panel de films allant de la fiction au documentaire représentatif de la diversité du cinéma turc aujourd’hui.
Cette 8e édition propose à travers une sélection de 10 films récents et inédits et des rencontres avec les réalisateurs, comédiens et producteurs, ainsi qu’un retour sur quelques classiques, un aperçu de la richesse des sources d’inspirations et des formes cinématographiques du 7e Art en Turquie.

Jeu 10 Mars -19:30 - Kosmos

de Reha Erdem avec Sermet Yeşil, Türkü Turan, Hakan Altuntaş, Sabahat Doğanyılmaz.

Turquie-2010-2h02-VOST

Kosmos est un voleur et un guérisseur. Il arrive un matin dans un petit village enfoui sous la neige où il sauve un petit garçon de la noyade. La sœur et le père de celui-ci le prennent alors sous leur protection. Depuis son arrivée, les vols se multiplient dans le village, tandis que Kosmos réalise des miracles : il guérit une institutrice de ses migraines, puis un asthmatique, et bientôt, tous ceux qui souffrent d’un mal quelconque viennent le consulter. Mais le climat vis-à-vis de l’étranger commence peu à peu à se dégrader...
Primé au Berlinale 2010, section Panorama et élu meilleur film au Festival du film de l’Orange d’Or, Kosmos dégage un parfum de chamanisme, tout en rappelant aussi bien Robin des Bois que l’Abdallig. Avec une recherche et un questionnement que l’on retrouve dans tous ses films, Reha Erdem rappelle à l’homme son existence au monde, le faisant revenir à lui-même, hors du temps et des préoccupations du quotidien.





Ven 11 Mars -19:30 - Mommo

de Atalay Taşdiken avec Elif Bülbül, Mehmet Bülbül, Mete Dönmezer, MustafaUzunyılmaz.

Turquie-2009-1h34-VOST.

Un garçon de 9 ans peut-il être à la fois un grand frère, un père, une mère et source d’inspiration ?
Ayse et son grand frère Ahmet vivent dans la maison de leur grand-père Hasan, un homme âgé et moité infirme. Après la mort de leur mère, le père des enfants, Kazim, est parti épouser une autre femme et les a abandonnés. Toutefois, les deux enfants ne semblent pas perdre espoir. Pour son premier long métrage, s’inscrivant dans un cinéma réaliste, Atalay Tasdiken a choisi de mettre en scène une histoire qui s’est réellement déroulée dans un village d’Anatolie proche de sa campagne natale. Une histoire qui dénonce l’état de pauvreté du monde rural où les adultes n’ont quelquefois pas d’autre choix que d’envoyer leurs
enfants travailler chez les nantis d’Istanbul.
Avec Mommo, Taşdiken réussit à brosser à la fois une peinture très naturaliste d’un village turc contemporain et le portrait de deux enfants, dont la relation de protection et d’attention entre le frère et la sœur n’est pas sans rappeler celle du petit John et de sa sœur Pearl dans La Nuit du chasseur de Charles Laughton.



Sam 12 Mars -17:50 - Sam 19 mars 15 h 30 - Wow, mon pote ! (Vay Arkadas)



de Kemal Uzun avec Erdal Tosun, Pamela Spence, Bihter Dinçel, Bülent Çolak.


Turquie-2010-1h40-VOST.

Maniaque, Tic et Gode ont grandi dans la rue dans un quartier périphérique d’Istanbul. Voleurs de voitures quand ils étaient plus jeunes , il mènent maintenant une vie rangée. Mais quand le père de l’un d’eux tombe gravement malade et doit subir une opération très coûteuse, les trois amis décident de reprendre du service pour la bonne cause. Hélas, les ennuis vont commencer quand ils commenceront à ouvrir les coffres des voitures volées... 
Auteur et réalisateur, Vay Arkadas mène une comédie à un rythme d’enfer jetant un regard aigü sur les paradoxes de la société turque.


Lun 14 Mars -19:30 - Fenêtre sur Courts :

Maître Galip de Maurice Pialat / 1963/11 mn : Maître Galip, un artisan turc, conte sa vie misérable et résignée, hantée par le chômage et les soucis familiaux.

Istanbul de Maurice Pialat /1963/13 mn: Portrait de la ville d'Istanbul qui s'intéresse à la vie de ses différents quartiers et à sa population (métiers de la rue, passants).

Kofles d’Armagan Uslu / 2005 /11 mn : Une petite fille, vivant dans un village de la mer noire, jalouse son cousin Ibo qui fête sa circoncision. Elle aussi voudrait avoir droit aux mêmes considérations que les garçons...

Ven 18 Mars -19:30 - Les jeunes filles disparues de Dersim (Dersim’in Kayip Kizlari)
de Nezahat Gündogan.

Turquie-2010-55min.

À l’instar des événements d’Argentine, dans les années 1937-1938, des centainesd’enfants kurdes de la province de Dersim furent arrachés à leurs familles par lesmilitaires turcs. Au nom de « la civilisation », de très nombreuses jeunes filles ont étéplacées dans des familles d’officiers turcs à l’autre bout de la Turquie. Nezahat et Kazım Gündoğan ont enquêté pendant 3 ans. Huriye et Fatma, 80 ans, se rappellent encore le jour où elles furent enlevées, leur immense traumatisme, leur vie dans ces familles turcophones si loin de chez elles, et, plus tard, le retour à leur terre natale et la rencontre avec leurs familles. Le documentaire tire sa force des témoignages, des photos et des documents rares et passionnants.


Festival du cinéma turc de Paris
Filmothèque du Quartier Latin
9 Rue Champollion 75005, Paris

M° : Cluny - La Sorbonne (M10), St-Michel (M4), St-Michel – Notre-Dame (RER B et C). Bus : Arrêt Cluny (64, 86, 87), arrêt Les Ecoles (21, 27, 38, 85).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde