Accéder au contenu principal

Radio : Bayart, Picaudou

Dimanche 21 novembre à 6h10 et 22h10 : Le moment moderne. Avec Nadine Picaudou et Jean-François Bayart. Cultures d'Islam, A. Meddeb.



Nadine Picaudou :  L'Islam entre religion et idéologie. Essai sur la modernité musulmane (Gallimard)

Présentation de l'éditeur
Le constat semble faire chaque jour l'unanimité : l'une des pires menaces qui pèserait sur l'Occident d'aujourd'hui résiderait dans l'islam politique. Le phénomène dicterait l'avenir des sociétés musulmanes, déstabiliserait l'ordre mondial et ruinerait les valeurs attachées à l'expérience historique occidentale - comme hier, au tournant des XIXe et XXe siècles, le panislamisme avait convaincu les chancelleries d'une inéluctable confrontation entre islam et civilisation. Pour comprendre l'islam politique contemporain, il convient de revenir à ce que Nadine Picaudou définit comme le moment moderne de l'islam. Entre les années 1860 et 1930, l'islam devient un régime de croyances et de pratiques qui s'objectivent dans les univers politique et social : loin de s'accompagner d'un désenchantement du monde, la modernité musulmane rationalise le message révélé et l'émancipe de la scolastique du savoir établi. Référence disputée dans le débat public, l'islam entre dans de nouveaux dispositifs de gouvernement à l'heure où les pouvoirs sont confrontés à la nécessaire redéfinition des formes de la souveraineté, de la législation et de la légitimité. Enrôlé dans toutes les mobilisations politiques contre la domination étrangère, l'islam nourrit dans le même temps de nouveaux répertoires de l'action collective. Le moment moderne de l'islam est ainsi celui de la transformation du religieux en idéologie, préalable à toutes les politisations contemporaines.
Biographie de l'auteur
Nadine Picaudou est professeur d'histoire contemporaine des sociétés arabes à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.






Jean-François Bayart : L'Islam républicain. Ankara, Téhéran, Dakar (Albin Michel)

Présentation de l'éditeur
Le titre même de ce livre savant est propre à susciter la polémique. Comment imaginer qu'Islam et République soient conciliables ? Et comment en douter, pourtant, quand des centaines de millions de musulmans vivent aujourd'hui en république plutôt qu'en monarchie ou en théocratie ?
Il convient d'abord de mettre un peu d'ordre dans nos catégories d'analyse, et de bien comprendre qu'il est des républiques non-démocratiques (et des monarchies démocratiques), des républiques confessionnelles ou séculières (plutôt que laïques), des républiques inégalitaires (du point de vue de la condition des femmes par exemple). Mais républiques tout de même.
La notion d'Islam républicain est ici explorée avec science et perspicacité à travers l'étude de trois cas : la Turquie (une société musulmane qui s'est dotée d'institutions parlementaires et laïques) ; l'Iran (dont la révolution islamique ménage, depuis 1989, un espace public sous tutelle religieuse) ; le Sénégal (où la colonisation a contribué à l'émergence d'un islam confrérique et républicain).
S'il y avait une leçon à retenir de cette éblouissante enquête de sociologie historique, ce serait celle-ci : si nous voulons de bonne foi contribuer à la diffusion de l'idée républicaine dans le monde, si nous souhaitons là où cela est nécessaire sauver la république de l'islam, il est plus qu'urgent de comprendre la complexité des différentes formations historiques façonnées par l'Islam et aux prises avec lui afin d'éviter d'aggraver les problèmes que nous prétendons résoudre.

Biographie de l'auteur
Directeur de recherche au CNRS, spécialiste de politique comparée et des questions internationales, Jean-François Bayart a été directeur du CERI (Centre d'études et de relations internationales), à Sciences-Po, de 1994 à 2000. Fondateur de deux revues (Politique africaine en 1980, et Critique internationale en 1998), il a été consultant permanent au Centre d'analyse et de prévision du Quai d'Orsay de 1990 à 2005. Il est aujourd'hui président du Fonds d'analyse des sociétés politiques, fondé en 2003. Il est par ailleurs l'auteur de plusieurs livres de référence, parmi lesquels : L'État en Afrique : la politique du ventre (Fayard, 1989, 2006), L'Illusion identitaire (Fayard, 1996, 2004) et Le Gouvernement du monde : une critique politique de la mondialisation (Fayard, 2004).


Broché: 450 pages
Editeur : ALBIN MICHEL (12 mai 2010)
Collection : SCIEN.HUMAINES
Langue : Français
ISBN-10: 222618726X
ISBN-13: 978-2226187260

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde