Accéder au contenu principal

Estelle Amy de la Bretèque : La passion du tragique



La passion du tragique

Paroles mélodisées chez les Yézidis d'Arménie


Estelle Amy de la Bretèque
Soutenance de thèse de doctorat en ethnologie
Mardi 9 novembre 2010 à 9h30, Université Paris Ouest-La défense, Bâtiment B.

Membres du jury:
Mme Christine Allison
M. Raymond Jamous (directeur)
M. Jean Lambert
Mme Rosalia Martinez
Mme Claire Mouradian

Cette thèse porte sur la parole mélodisée chez les Yézidis d’Arménie. Elle décrit un registre particulier d’utilisation du sonore, que les Yézidis nomment « paroles sur » (kilamê ser), et qu'ils situent à la frontière entre musique et langage. Il s'agit en premier lieu d'une manière de mélodiser la parole pour exprimer des sentiments tristes dans des contextes rituels (comme les funérailles), ou dans les conversations quotidiennes. Le terme s'applique également au jeu du hautbois duduk. Ce mode d'énonciation fait l'objet d'un intérêt particulier dans la communauté, et bien que les Yézidis ne le considèrent pas comme « musical », il est fréquent de trouver des « paroles sur » enregistrées sur les disques et cassettes du marché local.
L’analyse des caractéristiques formelles et performatives des kilamê ser permet de montrer comment cet usage particulier de la parole construit un espace de partage des émotions. En son sein, les conceptions Yézidies de l'exil s'articulent à celles du sacrifice, de l'héroïsme et du deuil. Au delà de la catharsis individuelle, les paroles mélodisées sont un pivot grâce auquel l’absence devient présence, et la mort intègre la vie.
Le raisonnement mené dans le texte est illustré par un nombre important de documents de terrain présentés dans un DVD multimédia.

(La soutenance sera suivie d'une cérémonie de recueillement alcoolisé)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde