Accéder au contenu principal

Sourp Giragos a enfin retrouvé un toit

Décidément  Osman Baydemir, le maire de Diyarbakir, aime bien taquiner le pouvoir. Non content de faire mentir les prévisions électorales de l'AKP qui entendait remporter sa ville aux municipales, il s'ingénie à gratter le gouvernement là où cela irrite, c'est-à-dire en faisant deux pas en avant là où R. Tayyip Erdoğan préfère appliquer la politique d'un (petit) pas en avant, deux pas en arrière.

Plus d'un mois après la célébration d'un office religieux dans l'ancienne église d'Aktamar, église transformée en musée et non redevenue lieu de culte, ce qui a donné lieu à des critiques du côté arménien, la rénovation du toit de l'église Sourp Giragos à Diyarbakir (cela faisait bien des années que le toit s'était effondré car la première fois que je mis les pieds à Diyarbakir, en seotembre 1992,  l'église était déjà à ciel ouvert) a donné lieu à une réception organisée par la mairie. Osman Baydemir a déclaré aux rares Arméniens encore présents à Diyarbakir, ainsi qu'à l'archevêque Aram Atesyan du patriarcat d'Istanbul et des Arméniens d;Istanbul, venus pour l'occasion : "Cette ville est vôtre autant qu'elle est mienne. Vous avez autant de droits sur cette ville que moi." 

Déclaration qui aura l'heur de faire grincer des dents les nationalistes turcs pour qui il n'y a de Vatan (patrie) que touranienne, et pour qui les chrétiens (grecs, syriaques, arabes, arméniens) sont et devraient rester à jamais des "citoyens turcs de nationalité étrangère" (décision n°2 du Tribunal administrative d’Istanbul, datée du 17 avril 1996). Cela ouvre aussi le spectre des "revendications territoriales" arméniennes sur les territoires orientaux, en cas de reconnaissance du génocide par la Turquie, à titre de dédommagements. Cela consacre de toute façon la réhabilitation historique de Diyarbakir, ville arménienne autant que kurde et syriaque, dans un espace politique où l'on peine encore à admettre que tout n'est pas turc (de "race turque") dans cette république (or il n'y a jamais eu beaucoup de "Turcs" pur jus à Diyarbakir.

Contrairement à Aktamar, cette église restera lieu de culte et sera gérée par le patriarcat. Sa restauration complète sera achevée l'an prochain. On estime son coût à 2,5 millions de $.


Source Armenian Weekly.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde